"Cette victoire me met du baume au c?ur", a confié Gérard à Belga. "J'étais déçu de mon match en simple, même si le fait que Stefan ait battu aujourd'hui Kunieda en demi-finale prouve qu'il est en forme. Cela fait deux ans que nous faisons équipe et nous avons envie de réaliser quelque chose de grand. Il est très solide du fond du court et moi j'aime venir au filet. Nous avons aussi les mêmes centres d'intérêt en dehors du tennis. Bref, nous nous complétons bien, même s'il m'a envoyé une balle de plein fouet sur l'omoplate au deuxième set", a-t-il souri. Ce vendredi, Joachim Gérard et Stefan Olsson affronteront le Français Stéphane Houdet (ITF 3) et l'Australien Ben Weekes (ITF 21), bénéficiaires d'une wild card. Avec comme enjeu pour le Brabançon de remporter son troisième titre du Grand Chelem en double. "Nous partons quelque peu dans l'inconnu, car Houdet joue d'habitude avec Peifer. Weekes devrait être le maillon faible, mais s'ils ont battu les Britanniques Hewett et Reid, tête de série N.1, c'est qu'ils ont bien joué. Avec Stefan, nous avons déjà disputé une finale de Grand Chelem, à Wimbledon l'an dernier, mais nous l'avions perdue. Nous serons donc très motivés", conclut-il. (Belga)

"Cette victoire me met du baume au c?ur", a confié Gérard à Belga. "J'étais déçu de mon match en simple, même si le fait que Stefan ait battu aujourd'hui Kunieda en demi-finale prouve qu'il est en forme. Cela fait deux ans que nous faisons équipe et nous avons envie de réaliser quelque chose de grand. Il est très solide du fond du court et moi j'aime venir au filet. Nous avons aussi les mêmes centres d'intérêt en dehors du tennis. Bref, nous nous complétons bien, même s'il m'a envoyé une balle de plein fouet sur l'omoplate au deuxième set", a-t-il souri. Ce vendredi, Joachim Gérard et Stefan Olsson affronteront le Français Stéphane Houdet (ITF 3) et l'Australien Ben Weekes (ITF 21), bénéficiaires d'une wild card. Avec comme enjeu pour le Brabançon de remporter son troisième titre du Grand Chelem en double. "Nous partons quelque peu dans l'inconnu, car Houdet joue d'habitude avec Peifer. Weekes devrait être le maillon faible, mais s'ils ont battu les Britanniques Hewett et Reid, tête de série N.1, c'est qu'ils ont bien joué. Avec Stefan, nous avons déjà disputé une finale de Grand Chelem, à Wimbledon l'an dernier, mais nous l'avions perdue. Nous serons donc très motivés", conclut-il. (Belga)