"C'est une grosse déception", a-t-il confié à Belga après son élimination. "Je savais que ce serait un match piège, car mon adversaire est quelqu'un qui renvoie la balle, défend et commet très peu de fautes. Et malheureusement, je n'ai pas été à la hauteur. Il fallait que je parvienne à le déborder en étant agressif, conquérant, mais je n'ai jamais pu atteindre mon niveau. Je ne bougeais pas bien avec le fauteuil, j'étais beaucoup trop statique et quand je voulais accélérer, je n'étais pas bien placé sur la balle. Bref, je n'ai que rarement pu le pousser à la faute". Joachim Gérard pourtant avait bien entamé la partie, puisqu'il a mené 3-1 au premier set. Malheureusement, le Belge, vainqueur de l'Open d'Australie et de Wimbledon cette année, n'a jamais été en mesure de capitaliser. Et il quitte donc le tournoi par la petite porte, avant même les choses sérieuses. "J'étais bien lancé, mais je me suis laissé endormir par son jeu lent. Et c'est moi qui ai fait dérailler le train", a-t-il poursuivi. "A l'arrivée, je me suis battu moi-même. Ce n'est pas spécialement lui qui a gagné, ou en tout cas, je l'ai fameusement aidé. Je ne peux d'ailleurs m'en prendre qu'à moi-même, car mon adversaire a fait son match. Moi, pas du tout. C'est aussi simple que cela. Et c'est ce qui est le plus décevant". (Belga)

"C'est une grosse déception", a-t-il confié à Belga après son élimination. "Je savais que ce serait un match piège, car mon adversaire est quelqu'un qui renvoie la balle, défend et commet très peu de fautes. Et malheureusement, je n'ai pas été à la hauteur. Il fallait que je parvienne à le déborder en étant agressif, conquérant, mais je n'ai jamais pu atteindre mon niveau. Je ne bougeais pas bien avec le fauteuil, j'étais beaucoup trop statique et quand je voulais accélérer, je n'étais pas bien placé sur la balle. Bref, je n'ai que rarement pu le pousser à la faute". Joachim Gérard pourtant avait bien entamé la partie, puisqu'il a mené 3-1 au premier set. Malheureusement, le Belge, vainqueur de l'Open d'Australie et de Wimbledon cette année, n'a jamais été en mesure de capitaliser. Et il quitte donc le tournoi par la petite porte, avant même les choses sérieuses. "J'étais bien lancé, mais je me suis laissé endormir par son jeu lent. Et c'est moi qui ai fait dérailler le train", a-t-il poursuivi. "A l'arrivée, je me suis battu moi-même. Ce n'est pas spécialement lui qui a gagné, ou en tout cas, je l'ai fameusement aidé. Je ne peux d'ailleurs m'en prendre qu'à moi-même, car mon adversaire a fait son match. Moi, pas du tout. C'est aussi simple que cela. Et c'est ce qui est le plus décevant". (Belga)