ARD, avec le Sunday Times, a piégé Michael Rotich et est parvenu à le faire avouer, en caméra cachée, qu'il connaissait l'horaire des contrôles antidopages 12 heures à l'avance. Interrogé sur la possibilité qu'il partage ses informations pour 9.000 livres sterling (10.616 euros), Rotich a répondu "disons plutôt 10.000 livres". Selon l'ARD, il a été ordonné à Michael Rotich de repartir au Kenya. L'ex-président de la World Anti-doping Agency (AMA), le Canadien Richard Pound, a déclaré à la chaîne que les indices étaient suffisants pour lancer une investigation similaire à celle menée sur la Russie l'an dernier. Le Kenya était le pays le plus médaillé aux derniers championnats du monde d'athlétisme de Pékin. Par ailleurs, une quarantaine de Kényans ont été pris pour dopage au cours des dernières années et l'AMA a seulement retiré le Comité national antidopage du Kenya de la liste de non-conformité au Code il y a deux jours. (Belga)

ARD, avec le Sunday Times, a piégé Michael Rotich et est parvenu à le faire avouer, en caméra cachée, qu'il connaissait l'horaire des contrôles antidopages 12 heures à l'avance. Interrogé sur la possibilité qu'il partage ses informations pour 9.000 livres sterling (10.616 euros), Rotich a répondu "disons plutôt 10.000 livres". Selon l'ARD, il a été ordonné à Michael Rotich de repartir au Kenya. L'ex-président de la World Anti-doping Agency (AMA), le Canadien Richard Pound, a déclaré à la chaîne que les indices étaient suffisants pour lancer une investigation similaire à celle menée sur la Russie l'an dernier. Le Kenya était le pays le plus médaillé aux derniers championnats du monde d'athlétisme de Pékin. Par ailleurs, une quarantaine de Kényans ont été pris pour dopage au cours des dernières années et l'AMA a seulement retiré le Comité national antidopage du Kenya de la liste de non-conformité au Code il y a deux jours. (Belga)