Cette saison, le skieur alpin anversois n'est pas encore parvenu à se hisser en 2e manche d'un slalom géant en Coupe du monde. "Je pense que mon niveau de ski est bon, mais les résultats ne suivent pas", déclare Sam Maes, qui est parti vivre en Autriche avec sa famille à l'âge de deux ans. "Je me donne encore un peu de temps". Sam Maes, 23 ans, n'a retrouvé le grand cirque blanc qu'en décembre dernier, onze mois après s'être déchiré les ligaments croisés du genou droit. "J'ai encore un peu de mal au genou. C'est toujours raide après que j'ai skié. Ce n'est pas facile de revenir au plus haut niveau. Le mois de décembre a été difficile, aussi pour des raisons familiales. Je n'ai pas beaucoup skié à l'époque mais cela fait maintenant trois semaines que je suis sur les skis". À Pékin, Sam Maes sera au départ du slalom et du slalom géant. Ce seront ses seconds JO. En 2018, il s'était classé 32e du slalom géant des Jeux de Pyeongchang et n'avait pu aller au bout de la 2e manche du slalom. "J'ai beaucoup progressé l'année qui a suivi Pyeongchang. Techniquement, je suis bien meilleur maintenant, mais cela doit encore se traduire en résultats". (Belga)

Cette saison, le skieur alpin anversois n'est pas encore parvenu à se hisser en 2e manche d'un slalom géant en Coupe du monde. "Je pense que mon niveau de ski est bon, mais les résultats ne suivent pas", déclare Sam Maes, qui est parti vivre en Autriche avec sa famille à l'âge de deux ans. "Je me donne encore un peu de temps". Sam Maes, 23 ans, n'a retrouvé le grand cirque blanc qu'en décembre dernier, onze mois après s'être déchiré les ligaments croisés du genou droit. "J'ai encore un peu de mal au genou. C'est toujours raide après que j'ai skié. Ce n'est pas facile de revenir au plus haut niveau. Le mois de décembre a été difficile, aussi pour des raisons familiales. Je n'ai pas beaucoup skié à l'époque mais cela fait maintenant trois semaines que je suis sur les skis". À Pékin, Sam Maes sera au départ du slalom et du slalom géant. Ce seront ses seconds JO. En 2018, il s'était classé 32e du slalom géant des Jeux de Pyeongchang et n'avait pu aller au bout de la 2e manche du slalom. "J'ai beaucoup progressé l'année qui a suivi Pyeongchang. Techniquement, je suis bien meilleur maintenant, mais cela doit encore se traduire en résultats". (Belga)