L'Américaine, 26 ans, qui a remporté 47 slaloms en Coupe du monde dont deux cet hiver --record absolu dans une seule discipline-- a dérapé dès les premières portes. Prodige de régularité, au point d'avoir gagné plus du tiers des épreuves qu'elle a disputées en Coupe du monde, la skieuse du Colorado sort de deux années difficiles, marquées par le décès accidentel de son père en février 2020, puis une longue blessure au dos. Mikaela Shiffrin, championne olympique du slalom en 2014 et du géant en 2018, s'est alignée à Pékin dans toutes les disciplines individuelles, mais vient de laisser passer ses deux meilleures chances d'un nouveau titre. Début janvier déjà, obligée de prendre plus de risques face à la domination en slalom de la Slovaque Petra Vlhova, elle était partie à la faute à Kranjska Gora en Slovénie pour la première fois depuis quatre ans. Elle doit encore disputer le Super-G vendredi, puis la descente lundi prochain et le combiné alpin le jeudi 17 février. (Belga)

L'Américaine, 26 ans, qui a remporté 47 slaloms en Coupe du monde dont deux cet hiver --record absolu dans une seule discipline-- a dérapé dès les premières portes. Prodige de régularité, au point d'avoir gagné plus du tiers des épreuves qu'elle a disputées en Coupe du monde, la skieuse du Colorado sort de deux années difficiles, marquées par le décès accidentel de son père en février 2020, puis une longue blessure au dos. Mikaela Shiffrin, championne olympique du slalom en 2014 et du géant en 2018, s'est alignée à Pékin dans toutes les disciplines individuelles, mais vient de laisser passer ses deux meilleures chances d'un nouveau titre. Début janvier déjà, obligée de prendre plus de risques face à la domination en slalom de la Slovaque Petra Vlhova, elle était partie à la faute à Kranjska Gora en Slovénie pour la première fois depuis quatre ans. Elle doit encore disputer le Super-G vendredi, puis la descente lundi prochain et le combiné alpin le jeudi 17 février. (Belga)