Au Genting Snowpark de Zhangjiakou, Poppe a terminé à la 14e place après deux runs. Seules les douze premières entraient en finale qui se disputera dimanche. Après une première manche qui lui a rapporté 47,08 points, Poppe a fait mieux dans la deuxième manche avec 56,80 points. "Je suis en fait très heureuses, parce que j'ai réussi mes deux runs. Lors du premier run, j'ai joué la sécurité, puis lors du deuxième run, j'ai pris un peu plus de risques. Dans le dernier run, j'ai opté pour un "frontflip" (saut périlleux avant, NDLR), une figure que presque personne ne fait. Et j'ai eu plus de points grâce à cela." "Je n'étais pas nerveuse", a poursuivi Poppe. "J'étais davantage enthousiaste et je voulais juste montrer ce que je peux faire. C'était un moment d'apprentissage très important pour moi dans la perspective des Jeux d'hiver de 2026 à Milan, mon grand objectif. C'est chouette que je sois ici à un si jeune âge, car il y a beaucoup de choses à prendre en compte." La première aventure olympique de Poppe n'est pas encore terminée. Elle participera aux qualifications du big air le lundi 14 février. Sur la base de critères internes de la fédération belge de snowboard, Poppe a été préférée à Loranne Smans, qui avait donné à la Belgique une place de quota grâce à sa 13e place au classement olympique. Cela a provoqué une certaine agitation dans le monde du snowboard. Mécontente, Smans avait alors saisi la justice, mais sans effet sur la sélection. (Belga)

Au Genting Snowpark de Zhangjiakou, Poppe a terminé à la 14e place après deux runs. Seules les douze premières entraient en finale qui se disputera dimanche. Après une première manche qui lui a rapporté 47,08 points, Poppe a fait mieux dans la deuxième manche avec 56,80 points. "Je suis en fait très heureuses, parce que j'ai réussi mes deux runs. Lors du premier run, j'ai joué la sécurité, puis lors du deuxième run, j'ai pris un peu plus de risques. Dans le dernier run, j'ai opté pour un "frontflip" (saut périlleux avant, NDLR), une figure que presque personne ne fait. Et j'ai eu plus de points grâce à cela." "Je n'étais pas nerveuse", a poursuivi Poppe. "J'étais davantage enthousiaste et je voulais juste montrer ce que je peux faire. C'était un moment d'apprentissage très important pour moi dans la perspective des Jeux d'hiver de 2026 à Milan, mon grand objectif. C'est chouette que je sois ici à un si jeune âge, car il y a beaucoup de choses à prendre en compte." La première aventure olympique de Poppe n'est pas encore terminée. Elle participera aux qualifications du big air le lundi 14 février. Sur la base de critères internes de la fédération belge de snowboard, Poppe a été préférée à Loranne Smans, qui avait donné à la Belgique une place de quota grâce à sa 13e place au classement olympique. Cela a provoqué une certaine agitation dans le monde du snowboard. Mécontente, Smans avait alors saisi la justice, mais sans effet sur la sélection. (Belga)