Le Néo-Zélandais Daniel Meech a été le 30e et dernier à se qualifier avec deux points de pénalité. Le plus rapide fut le Britannique Ben Mahrer (Explosion W) en 81.34 secondes. Wathelet signé le 7e chrono (85.20), Guéry le 11e (86.10) et Bruynseels le 13e (86.67). Parmi les principaux éliminés on signalera les noms du Suisse Steve Guerdat, de l'Américain Kent Farrington et de sa compatriote Jessica Springsteen, la fille de la star du rock Bruce Springsteen. La finale, disputée sous la forme d'un Grand Prix avec barrage se déroulera mercredi soir (19h00 locales/midi en Belgique) les trente meilleurs de cette manche initiale. Tous repartiront à égalité dans cette finale. Premier cavalier belge à entrer en compétition en 53e position Niels Bruynseels, devait comme les 72 autres concurrents effacer quatorze obstacles dont la hauteur variait de 1m50 à 1m62. Un triple et une rivière de 3m90 figuraient parmi eux. Le temps imparti était de 89 secondes. En selle sur son hongre bai de 12 ans, Delux van T&L, il a réussi ses débuts olympiques. "C'est un bon départ. L'attente a été longue avec cette semaine à Tokyo. Le cheval est en forme" a expliqué le 17e cavalier au classement mondial. "C'est excellent pour la confiance. J'ai trouvé le parcours pas exagéré au niveau de la hauteur, mais avec beaucoup de nouveaux obstacles. Plusieurs chevaux ont été surpris par la couleur de certains d'entre eux. Demain, on repart de zéro." Grégory Wathelet retrouvait l'arène olympique, neuf ans après Londres. Son étalon gris de 13 ans Nevados S a lui aussi répondu à l'attente. "On ne pouvait pas espérer mieux pour nous trois" commenta le plus rapide des trois. "C'était difficile parce qu'on n'avait pas droit à l'erreur. Le parcours n'était pas exagéré mais ils ont joué avec les couleurs et des obstacles très légers qu'on ne pouvait pas toucher. C'était un peu piégeux. Demain on repart à zéro et tout le monde aura sa chance. On va faire le maximum pour ne pas regretter d'être passé à côté de quelque chose parce qu'on a pris les choses à la légère." Jérôme Guéry montait Quel Homme de Hus, un étalon bai de 15 ans, en 69e position. Il s'est donc fait donc une idée précise de ce qu'il devait réaliser pour entrer en finale. Et n'a pas tremblé lui non plus. Il n'a pas non plus eu une pression supplémentaire parce que les deux autres membres du Team Belgium avaient réalisé le sans-faute. "Pas du tout. J'étais super heureux que mes coéquipiers réussissent et puis cela montre la forme de l'équipe qui est l'objectif premier. J'avais envie de montrer que j'étais en aussi bonne forme qu'eux. On savait qu'il fallait réussir un sans-faute et aussi pas trop lents. Quel Homme est un cheval exceptionnel. Pour lui plus c'est dur mieux c'est. J'espère qu'on va lever le niveau et qu'on va avoir une finale très très dure. Cela correspond à mon cheval qui a tout la force. L'objectif principal reste l'équipe, on l'a dit. Je pense qu'on va pouvoir compter sur nous, car les chevaux sont en forme." Guéry était aussi ravi des conditions de l'épreuve. "Les conditions météo sont idéales. Il n'y a plus de soleil, il fait frais (27°C à 22 heures !). Quand je vois les hockeyeurs qui ont joué ce matin sous le cagnard. Nous, c'est le luxe." La Belgique n'a plus remporté de médaille aux Jeux en équitation depuis celle en bronze de François Mathy dans l'épreuve individuelle à Montréal en 1976 et celle par équipe, elle aussi de bronze, enlevée par le quatuor Mathy, Eric Wauters, Edgar-Henri Cuepper et Stanny Van Paesschen. Les sports équestres présentent un bilan de 12 médailles (4 d'or, 2 d'argent, 6 de bronze), soit le 4e sport qui a le plus brillé pour la Belgique dans l'histoire des Jeux Olympiques. Seuls le tir à l'arc, le cyclisme et l'athlétisme ont porté plus haut les couleurs belges dans le ciel olympique. (Belga)

Le Néo-Zélandais Daniel Meech a été le 30e et dernier à se qualifier avec deux points de pénalité. Le plus rapide fut le Britannique Ben Mahrer (Explosion W) en 81.34 secondes. Wathelet signé le 7e chrono (85.20), Guéry le 11e (86.10) et Bruynseels le 13e (86.67). Parmi les principaux éliminés on signalera les noms du Suisse Steve Guerdat, de l'Américain Kent Farrington et de sa compatriote Jessica Springsteen, la fille de la star du rock Bruce Springsteen. La finale, disputée sous la forme d'un Grand Prix avec barrage se déroulera mercredi soir (19h00 locales/midi en Belgique) les trente meilleurs de cette manche initiale. Tous repartiront à égalité dans cette finale. Premier cavalier belge à entrer en compétition en 53e position Niels Bruynseels, devait comme les 72 autres concurrents effacer quatorze obstacles dont la hauteur variait de 1m50 à 1m62. Un triple et une rivière de 3m90 figuraient parmi eux. Le temps imparti était de 89 secondes. En selle sur son hongre bai de 12 ans, Delux van T&L, il a réussi ses débuts olympiques. "C'est un bon départ. L'attente a été longue avec cette semaine à Tokyo. Le cheval est en forme" a expliqué le 17e cavalier au classement mondial. "C'est excellent pour la confiance. J'ai trouvé le parcours pas exagéré au niveau de la hauteur, mais avec beaucoup de nouveaux obstacles. Plusieurs chevaux ont été surpris par la couleur de certains d'entre eux. Demain, on repart de zéro." Grégory Wathelet retrouvait l'arène olympique, neuf ans après Londres. Son étalon gris de 13 ans Nevados S a lui aussi répondu à l'attente. "On ne pouvait pas espérer mieux pour nous trois" commenta le plus rapide des trois. "C'était difficile parce qu'on n'avait pas droit à l'erreur. Le parcours n'était pas exagéré mais ils ont joué avec les couleurs et des obstacles très légers qu'on ne pouvait pas toucher. C'était un peu piégeux. Demain on repart à zéro et tout le monde aura sa chance. On va faire le maximum pour ne pas regretter d'être passé à côté de quelque chose parce qu'on a pris les choses à la légère." Jérôme Guéry montait Quel Homme de Hus, un étalon bai de 15 ans, en 69e position. Il s'est donc fait donc une idée précise de ce qu'il devait réaliser pour entrer en finale. Et n'a pas tremblé lui non plus. Il n'a pas non plus eu une pression supplémentaire parce que les deux autres membres du Team Belgium avaient réalisé le sans-faute. "Pas du tout. J'étais super heureux que mes coéquipiers réussissent et puis cela montre la forme de l'équipe qui est l'objectif premier. J'avais envie de montrer que j'étais en aussi bonne forme qu'eux. On savait qu'il fallait réussir un sans-faute et aussi pas trop lents. Quel Homme est un cheval exceptionnel. Pour lui plus c'est dur mieux c'est. J'espère qu'on va lever le niveau et qu'on va avoir une finale très très dure. Cela correspond à mon cheval qui a tout la force. L'objectif principal reste l'équipe, on l'a dit. Je pense qu'on va pouvoir compter sur nous, car les chevaux sont en forme." Guéry était aussi ravi des conditions de l'épreuve. "Les conditions météo sont idéales. Il n'y a plus de soleil, il fait frais (27°C à 22 heures !). Quand je vois les hockeyeurs qui ont joué ce matin sous le cagnard. Nous, c'est le luxe." La Belgique n'a plus remporté de médaille aux Jeux en équitation depuis celle en bronze de François Mathy dans l'épreuve individuelle à Montréal en 1976 et celle par équipe, elle aussi de bronze, enlevée par le quatuor Mathy, Eric Wauters, Edgar-Henri Cuepper et Stanny Van Paesschen. Les sports équestres présentent un bilan de 12 médailles (4 d'or, 2 d'argent, 6 de bronze), soit le 4e sport qui a le plus brillé pour la Belgique dans l'histoire des Jeux Olympiques. Seuls le tir à l'arc, le cyclisme et l'athlétisme ont porté plus haut les couleurs belges dans le ciel olympique. (Belga)