Arrivé assez tard à la discipline (2017) et même si sa force physique n'est plus à prouver après ses multiples succès continentaux et mondiaux sur ergomètre (machine d'aviron en salle, ndlr), Lemmelijn a toujours connu des difficultés à transposer sa puissance en glisse sur l'eau. Samedi, pour la première fois il l'a réussi. "Lors de la course contre le chrono qualificative pour la finale, je suis parti un peu dans l'inconnu. Je me suis contenté de tenir un rythme élevé sans pour autant me 'flinguer' pour l'après-midi. Un premier résultat réussi, où j'ai terminé 4e à un peu plus de 6 secondes du premier. En finale, ma technique de départ n'est pas encore la meilleure. J'ai accusé une longueur de retard après 500 m, mais me sentais bien dans le coup. J'ai accéléré à mi-course et me suis échappé vers la victoire", a commenté l'étudiant en éducation physique de la haute école PXL de Hasselt. "Ce succès est pour moi la récompense de plus de six mois de travail intensif sur l'eau. Souvent tout seul. La rencontre avec Johan Blondelle comme coach technique fin 2020, avec l'arrivée d'un bateau plus moderne, m'a bien aidé dans mon objectif de performance." Dimanche, Lemmelijn fera équipe en deux de couple avec Tristan Vandenbussche, 2e des trials en skiff, avant de s'associer avec Pierre De Loof, 3e, dans l'après-midi. "On verra ce que cela donnera. Je suis avide de découverte et de me perfectionner. A choisir, c'est sûr que j'ambitionne de me qualifier un jour en skiff pour les JO. Mais avant, il me reste encore beaucoup de progrès technique à réaliser. Je suis très motivé et veut encore progresser, notamment en étant plus souple et décontracté dans le mouvement", a ponctué Lemmelijn. (Belga)

Arrivé assez tard à la discipline (2017) et même si sa force physique n'est plus à prouver après ses multiples succès continentaux et mondiaux sur ergomètre (machine d'aviron en salle, ndlr), Lemmelijn a toujours connu des difficultés à transposer sa puissance en glisse sur l'eau. Samedi, pour la première fois il l'a réussi. "Lors de la course contre le chrono qualificative pour la finale, je suis parti un peu dans l'inconnu. Je me suis contenté de tenir un rythme élevé sans pour autant me 'flinguer' pour l'après-midi. Un premier résultat réussi, où j'ai terminé 4e à un peu plus de 6 secondes du premier. En finale, ma technique de départ n'est pas encore la meilleure. J'ai accusé une longueur de retard après 500 m, mais me sentais bien dans le coup. J'ai accéléré à mi-course et me suis échappé vers la victoire", a commenté l'étudiant en éducation physique de la haute école PXL de Hasselt. "Ce succès est pour moi la récompense de plus de six mois de travail intensif sur l'eau. Souvent tout seul. La rencontre avec Johan Blondelle comme coach technique fin 2020, avec l'arrivée d'un bateau plus moderne, m'a bien aidé dans mon objectif de performance." Dimanche, Lemmelijn fera équipe en deux de couple avec Tristan Vandenbussche, 2e des trials en skiff, avant de s'associer avec Pierre De Loof, 3e, dans l'après-midi. "On verra ce que cela donnera. Je suis avide de découverte et de me perfectionner. A choisir, c'est sûr que j'ambitionne de me qualifier un jour en skiff pour les JO. Mais avant, il me reste encore beaucoup de progrès technique à réaliser. Je suis très motivé et veut encore progresser, notamment en étant plus souple et décontracté dans le mouvement", a ponctué Lemmelijn. (Belga)