John Coates a dit comprendre "la grande déception" des habitants de Tokyo, mais a insisté sur le fait que cette décision était finale, quels que soient les arguments des édiles de la capitale nipponne. "Le CIO a été choqué par ce qu'il a vu à Doha --où viennent de se dérouler les Mondiaux d'athlétisme-- dans des conditions très similaires à celles qui prévaudront à Tokyo en ce qui concerne la chaleur et l'humidité", a souligné à Tokyo John Coates, pour qui "la santé et le bien-être des athlètes passe avant tout. Nous ne voulons pas que le souvenir qui resterait de Tokyo soit celui d'images semblables à celles que vous avez dû voir à Doha dans le marathon ou le 50 km marche", a-t-il ajouté. Le dirigeant a rencontré la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, qui s'était peu avant déclarée hostile à cette décision du CIO. Il a souligné que d'autres solutions envisagées, comme d'avancer l'heure de départ à 3 heures du matin, n'étaient pas réalisables en raison de problèmes de transport et de la difficulté d'assurer la retransmission télévisée d'une épreuve se disputant en nocturne. M. Coates a par contre proposé d'organiser à Tokyo la cérémonie de remise des médailles de ces épreuves. La question des pertes financières dues à cette décision sera également examinée, a-t-il aussi précisé. La ville de Tokyo a en effet engagé des dépenses considérables pour réduire les effets de la chaleur étouffante et humide de ses étés, notamment pour recouvrir le parcours du marathon de matériaux spéciaux. Une partie des tickets ont déjà été vendus. Le CIO avait annoncé le 16 octobre son intention de déplacer le marathon des JO de Tokyo à Sapporo, une ville située sur l'Ile d'Hokkaido, dans le nord du Japon. Les JO de Tokyo sont prévus du 24 juillet au 9 août, une période où une chaleur forte et humide enveloppe habituellement la mégapole. (Belga)