"Ce sont des Jeux forcément particuliers parce qu'il n'y a pas d'engouement (le public n'est pas autorisé à assister aux comptitions, ndlr)", a confié l'ancien N.1 mondial de tennis de table lundi à Belga en marge du match de hockey des Red Lions face à l'Allemagne. "En même temps j'ai suivi le cyclisme (samedi) où c'était fantastique, l'engouement populaire le long de la route. Sur le plan sportif, Wout van Aert était le plus fort. Mais c'est la course, c'est le cyclisme. Carapaz mérite sa victoire évidemment, mais van Aert a fait une course incroyable". "Et puis, ce sont les Jeux avec leur lot d'émotions, de joies, de victoires. Il y a de l'ambiance parmi les personnes qui sont là et voir les gradins vides, c'est dommage. On sent que les athlètes sont contents d'être là et donnent le maximum. C'est le sport avec ses émotions des bons et moins bons moments. C'est la beauté du sport", a conclu le candidat à la succession de Pierre-Olivier Beckers à la présidence du COIB, le 10 septembre prochain. (Belga)

"Ce sont des Jeux forcément particuliers parce qu'il n'y a pas d'engouement (le public n'est pas autorisé à assister aux comptitions, ndlr)", a confié l'ancien N.1 mondial de tennis de table lundi à Belga en marge du match de hockey des Red Lions face à l'Allemagne. "En même temps j'ai suivi le cyclisme (samedi) où c'était fantastique, l'engouement populaire le long de la route. Sur le plan sportif, Wout van Aert était le plus fort. Mais c'est la course, c'est le cyclisme. Carapaz mérite sa victoire évidemment, mais van Aert a fait une course incroyable". "Et puis, ce sont les Jeux avec leur lot d'émotions, de joies, de victoires. Il y a de l'ambiance parmi les personnes qui sont là et voir les gradins vides, c'est dommage. On sent que les athlètes sont contents d'être là et donnent le maximum. C'est le sport avec ses émotions des bons et moins bons moments. C'est la beauté du sport", a conclu le candidat à la succession de Pierre-Olivier Beckers à la présidence du COIB, le 10 septembre prochain. (Belga)