"Nous n'avons pas dû prendre de décision lors du conseil d'administration du COIB. Il y a simplement eu quelques discussions au sujet des choix des fédérations", a raconté Van Looy. La Belgique a décroché jusqu'ici cinq médailles aux Jeux d'hiver. Il y a vingt ans, le patineur Bart Veldkamp s'était emparé du bronze sur 5.000m, à Nagano. Un Belge n'est plus monté sur le podium depuis lors. "Nous avons certainement une chance de remporter une médaille à PyeongChang. Les athlètes sélectionnés sont assez forts pour cela", pense le chef de délégation. "Seulement, il faut aussi de la chance. En tant que COIB, nous ferons tout pour permettre aux sportifs de concourir dans les meilleures conditions possibles. Mais nous ne contrôlons pas tout, comme la qualité de la neige et de la glace. Je serai content si tout le monde livre sa meilleure prestation et donne tout." Il s'agit de la plus grosse délégation belge d'après-guerre aux Jeux d'hiver. Selon Van Looy, c'est la conséquence de différents facteurs. Il loue les fédérations, qui ont travaillé de manière plus structurée avec les moyens accordés par les communautés. En outre, le COIB n'impose plus de critère de sélection en plus de ceux émis par les fédérations sportives internationales en consultation avec le Comité Olympique International. Le nom de celui qui portera le drapeau belge lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux n'a pas encore été choisi. "Nous n'excluons personne à l'avance", a expliqué Van Looy. "Les discussions sont en cours. Nous tenons compte de différents arguments. Nous annoncerons normalement cette semaine qui recevra cet honneur." (Belga)

"Nous n'avons pas dû prendre de décision lors du conseil d'administration du COIB. Il y a simplement eu quelques discussions au sujet des choix des fédérations", a raconté Van Looy. La Belgique a décroché jusqu'ici cinq médailles aux Jeux d'hiver. Il y a vingt ans, le patineur Bart Veldkamp s'était emparé du bronze sur 5.000m, à Nagano. Un Belge n'est plus monté sur le podium depuis lors. "Nous avons certainement une chance de remporter une médaille à PyeongChang. Les athlètes sélectionnés sont assez forts pour cela", pense le chef de délégation. "Seulement, il faut aussi de la chance. En tant que COIB, nous ferons tout pour permettre aux sportifs de concourir dans les meilleures conditions possibles. Mais nous ne contrôlons pas tout, comme la qualité de la neige et de la glace. Je serai content si tout le monde livre sa meilleure prestation et donne tout." Il s'agit de la plus grosse délégation belge d'après-guerre aux Jeux d'hiver. Selon Van Looy, c'est la conséquence de différents facteurs. Il loue les fédérations, qui ont travaillé de manière plus structurée avec les moyens accordés par les communautés. En outre, le COIB n'impose plus de critère de sélection en plus de ceux émis par les fédérations sportives internationales en consultation avec le Comité Olympique International. Le nom de celui qui portera le drapeau belge lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux n'a pas encore été choisi. "Nous n'excluons personne à l'avance", a expliqué Van Looy. "Les discussions sont en cours. Nous tenons compte de différents arguments. Nous annoncerons normalement cette semaine qui recevra cet honneur." (Belga)