De belles phrases qui n'ont pas empêché les réactions - toutes négatives - de fuser. "Quelle tristesse si des nageurs de ce niveau ne sont pas capables de disputer deux courses en une journée", a ainsi twitté l'icône de la natation (féminine) belge Brigitte Becue. De même l'ancien nageur Sidney Appelboom, commentateur pour la chaîne publique flamande Sporza; "n'y comprend rien. Ce sont des athlètes motivés et hyper-entraînés", a-t-il dit. "Le délai de récupération entre la session du matin et celle du soir est de neuf heures. Ce qui est largement suffisant pour récupérer. A mon avis ils jouent juste à un petit jeu digne des championnats flamands juniors, sans se rendre compte qu'ils sont aux Jeux Olympiques. Ici quand on te demande de courir tel jour à telle heure tu cours sans te poser de question. Et tu essayes d'obtenir le meilleur résultat possible..." "Après la qualification de Louis (Croenen) pour la finale du 200 me papillon, il était pourtant évident qu'on allait renoncer au relais", s'emporte Gaastra. "Et tant pis si les gens ne veulent pas comprendre nos motivations..." "Louis était prêt à courir ces séries", intervient Rick Valcke (l'autre coach de la sélection belge). "Mais il pense à juste titre que si Pieter (Timmers) s'abstient, les chances de qualification pour la finale deviendront minces. Il ne veut pas gaspiller inutilement son énergie pour échouer à la 9e ou 10e place de ces qualifications..." Les séries du 100m libre (auxquelles participent Timmers et Glenn Surgeloose), se disputent mardi en début d'après-midi, une heure avant les séries du 4x200 m libre (les demi-finales du 100 m libre, en soirée, comme la finale du 200 m papillon de Louis Croenen, avant la finale du 4X200 m libre). (Belga)

De belles phrases qui n'ont pas empêché les réactions - toutes négatives - de fuser. "Quelle tristesse si des nageurs de ce niveau ne sont pas capables de disputer deux courses en une journée", a ainsi twitté l'icône de la natation (féminine) belge Brigitte Becue. De même l'ancien nageur Sidney Appelboom, commentateur pour la chaîne publique flamande Sporza; "n'y comprend rien. Ce sont des athlètes motivés et hyper-entraînés", a-t-il dit. "Le délai de récupération entre la session du matin et celle du soir est de neuf heures. Ce qui est largement suffisant pour récupérer. A mon avis ils jouent juste à un petit jeu digne des championnats flamands juniors, sans se rendre compte qu'ils sont aux Jeux Olympiques. Ici quand on te demande de courir tel jour à telle heure tu cours sans te poser de question. Et tu essayes d'obtenir le meilleur résultat possible..." "Après la qualification de Louis (Croenen) pour la finale du 200 me papillon, il était pourtant évident qu'on allait renoncer au relais", s'emporte Gaastra. "Et tant pis si les gens ne veulent pas comprendre nos motivations..." "Louis était prêt à courir ces séries", intervient Rick Valcke (l'autre coach de la sélection belge). "Mais il pense à juste titre que si Pieter (Timmers) s'abstient, les chances de qualification pour la finale deviendront minces. Il ne veut pas gaspiller inutilement son énergie pour échouer à la 9e ou 10e place de ces qualifications..." Les séries du 100m libre (auxquelles participent Timmers et Glenn Surgeloose), se disputent mardi en début d'après-midi, une heure avant les séries du 4x200 m libre (les demi-finales du 100 m libre, en soirée, comme la finale du 200 m papillon de Louis Croenen, avant la finale du 4X200 m libre). (Belga)