"Elles n'ont pas pu vivre ce grand moment. Mais je pense aux filles qui étaient quatrièmes et qui ne l'ont pas vécu du tout", a ajouté Jacques Borlée, mercredi à Rio. "J'aimerais bien si nous fêtons les quatre filles que l'on fête aussi le Brésil qui n'a jamais été sur le podium. Si on fête cela au Mémorial Van Damme, que l'on fasse une grande fête pour le Nigérianes et les Brésiliennes. Ça reste des moments qu'on leur a volés. Cela a un côté très dommageable", a suggéré le père d'Olivia. "Maintenant, une médaille d'or c'est pour la vie. C'est assez exceptionnel. Surtout voir qu'un athlétisme propre peut gagner, comme on l'a vu avec Nafissatou Thiam, cela fait très très plaisir." (Belga)

"Elles n'ont pas pu vivre ce grand moment. Mais je pense aux filles qui étaient quatrièmes et qui ne l'ont pas vécu du tout", a ajouté Jacques Borlée, mercredi à Rio. "J'aimerais bien si nous fêtons les quatre filles que l'on fête aussi le Brésil qui n'a jamais été sur le podium. Si on fête cela au Mémorial Van Damme, que l'on fasse une grande fête pour le Nigérianes et les Brésiliennes. Ça reste des moments qu'on leur a volés. Cela a un côté très dommageable", a suggéré le père d'Olivia. "Maintenant, une médaille d'or c'est pour la vie. C'est assez exceptionnel. Surtout voir qu'un athlétisme propre peut gagner, comme on l'a vu avec Nafissatou Thiam, cela fait très très plaisir." (Belga)