L'épreuve en eau libre dames prévue lundi est maintenue. Le départ sera donné à partir d'une plate-forme de réserve, a précisé le comité organisateur. "On a pris des mesures de sécurité et il n'y a pas de risques pour les baigneurs", a déclaré samedi un porte-parole de Rio-2016. Certaines parties des structures qui formaient la plate-forme "ont échoué sur le sable et le reste sera recueilli en mer par l'équipe d'installation. Pour que ces mesures soient exécutées, l'entraînement prévu aujourd'hui (samedi) a été annulé", a-t-il ajouté. En juin et juillet, pendant les travaux de montage de l'arène de beach-volley sur la plage de Copacabana, le fort ressac de l'hiver austral en avait également endommagé les structures. Des digues de sable pour retenir les vagues avaient été construites. Début août, la principale rampe d'accès pour les régates olympiques de voile avait elle aussi été endommagée par le violent ressac dans la baie de Rio, et avait dû être réparée à cinq jours du coup d'envoi des JO-2016. (Belga)

L'épreuve en eau libre dames prévue lundi est maintenue. Le départ sera donné à partir d'une plate-forme de réserve, a précisé le comité organisateur. "On a pris des mesures de sécurité et il n'y a pas de risques pour les baigneurs", a déclaré samedi un porte-parole de Rio-2016. Certaines parties des structures qui formaient la plate-forme "ont échoué sur le sable et le reste sera recueilli en mer par l'équipe d'installation. Pour que ces mesures soient exécutées, l'entraînement prévu aujourd'hui (samedi) a été annulé", a-t-il ajouté. En juin et juillet, pendant les travaux de montage de l'arène de beach-volley sur la plage de Copacabana, le fort ressac de l'hiver austral en avait également endommagé les structures. Des digues de sable pour retenir les vagues avaient été construites. Début août, la principale rampe d'accès pour les régates olympiques de voile avait elle aussi été endommagée par le violent ressac dans la baie de Rio, et avait dû être réparée à cinq jours du coup d'envoi des JO-2016. (Belga)