Schuerbeeck a encore effectué un entraînement intensif jeudi. "J'ai fait une séance intensive. J'ai d'abord couru 4 kilomètres à une allure modérée puis j'y ai été à fond sur 26 kilomètres près de Merchtem. J'avais de bonnes sensations, je suis fin prêt pour les Jeux. Mes données d'entraînement montrent que je suis encore dans une phase ascendante, j'espère atteindre mon pic de forme à Rio", a raconté le marathonien. Cependant, Van Schuerbeeck n'a pas voulu comparer les Jeux au marathon de Berlin, où il a signé son meilleur temps (2h12:49). "Cette course était courue avec des lièvres sur un parcours rapide. A Rio, c'est une vraie course, un vrai championnat avec les meilleurs du monde. Ce sera chacun pour soi." Le trentenaire souligne tout de même que les conditions climatiques pourraient avoir un impact sur ses performances. "Il ne faut pas oublier le climat de Rio. Il fera humide et chaud, les temps seront sûrement plus élevés", a continué le Belge. L'athlète ne vise pas spécialement un bon temps mais un classement. "J'espère que mon classement va s'améliorer. C'est mon objectif. Les Kenyans et les Éthiopiens seront évidemment au rendez-vous, j'espère être tiré vers le haut." Vendredi, Schuerbeeck va prendre le départ pour Rio. "A mon arrivée au village olympique, je vais encore m'entraîner à deux reprises, afin de m'adapter au climat brésilien. Je ne sais pas encore de quoi sera fait la suite de mon programme", a ponctué Willem Van Schuerbeeck. (Belga)

Schuerbeeck a encore effectué un entraînement intensif jeudi. "J'ai fait une séance intensive. J'ai d'abord couru 4 kilomètres à une allure modérée puis j'y ai été à fond sur 26 kilomètres près de Merchtem. J'avais de bonnes sensations, je suis fin prêt pour les Jeux. Mes données d'entraînement montrent que je suis encore dans une phase ascendante, j'espère atteindre mon pic de forme à Rio", a raconté le marathonien. Cependant, Van Schuerbeeck n'a pas voulu comparer les Jeux au marathon de Berlin, où il a signé son meilleur temps (2h12:49). "Cette course était courue avec des lièvres sur un parcours rapide. A Rio, c'est une vraie course, un vrai championnat avec les meilleurs du monde. Ce sera chacun pour soi." Le trentenaire souligne tout de même que les conditions climatiques pourraient avoir un impact sur ses performances. "Il ne faut pas oublier le climat de Rio. Il fera humide et chaud, les temps seront sûrement plus élevés", a continué le Belge. L'athlète ne vise pas spécialement un bon temps mais un classement. "J'espère que mon classement va s'améliorer. C'est mon objectif. Les Kenyans et les Éthiopiens seront évidemment au rendez-vous, j'espère être tiré vers le haut." Vendredi, Schuerbeeck va prendre le départ pour Rio. "A mon arrivée au village olympique, je vais encore m'entraîner à deux reprises, afin de m'adapter au climat brésilien. Je ne sais pas encore de quoi sera fait la suite de mon programme", a ponctué Willem Van Schuerbeeck. (Belga)