"Depuis une semaine, le staff de l'AOC a travaillé durant de longues de heures pour que notre section du Village soit prête pour nos athlètes", souligne Kitty Chiller dans une communication officielle. Il est question de "toilettes bloquées, conduites qui fuient, câbles exposés, cages d'escalier sans lumière où aucun éclairage a été installé, et de sols sales en attente de nettoyage", ainsi que de "zones où de l'eau a percé par les plafonds et a créé des flaques sur le sol autour de fils électrique", déplore-t-elle, estimant qu'il n'est pas possible que les sportifs s'installent dans ces conditions. Selon la cheffe de mission australienne, le problème n'est pas isolé: les délégations britannique et néo-zélandaise, entre autres, ont été confrontées aux mêmes manquements, selon elle. Après avoir insisté auprès du comité organisateur brésilien, du personnel de nettoyage a été embauché, mais les autres soucis, particulièrement concernant la plomberie, sont restés sans solution. "Nous devions nous installer dans le Village le 21 juillet, mais nous avons dormi dans des hôtels, car le Village est tout simplement ni prêt, ni sécure". Un "stress test" a été mené par le staff australien, qui a actionné les robinets et toilettes sur plusieurs étages du bâtiment, qui n'a pas été concluant vu "l'eau coulant le long des murs et l'odeur de gaz dans certains appartements", entre autres. Tout en indiquant que le staff australien continuait à essayer de trouver des solutions, Kitty Chiller a annoncé avoir décidé que les athlètes attendus "dans les trois prochains jours" seront logés ailleurs, le staff ayant arrangé quelques alternatives. (Belga)

"Depuis une semaine, le staff de l'AOC a travaillé durant de longues de heures pour que notre section du Village soit prête pour nos athlètes", souligne Kitty Chiller dans une communication officielle. Il est question de "toilettes bloquées, conduites qui fuient, câbles exposés, cages d'escalier sans lumière où aucun éclairage a été installé, et de sols sales en attente de nettoyage", ainsi que de "zones où de l'eau a percé par les plafonds et a créé des flaques sur le sol autour de fils électrique", déplore-t-elle, estimant qu'il n'est pas possible que les sportifs s'installent dans ces conditions. Selon la cheffe de mission australienne, le problème n'est pas isolé: les délégations britannique et néo-zélandaise, entre autres, ont été confrontées aux mêmes manquements, selon elle. Après avoir insisté auprès du comité organisateur brésilien, du personnel de nettoyage a été embauché, mais les autres soucis, particulièrement concernant la plomberie, sont restés sans solution. "Nous devions nous installer dans le Village le 21 juillet, mais nous avons dormi dans des hôtels, car le Village est tout simplement ni prêt, ni sécure". Un "stress test" a été mené par le staff australien, qui a actionné les robinets et toilettes sur plusieurs étages du bâtiment, qui n'a pas été concluant vu "l'eau coulant le long des murs et l'odeur de gaz dans certains appartements", entre autres. Tout en indiquant que le staff australien continuait à essayer de trouver des solutions, Kitty Chiller a annoncé avoir décidé que les athlètes attendus "dans les trois prochains jours" seront logés ailleurs, le staff ayant arrangé quelques alternatives. (Belga)