"C'était déjà un rêve pour moi d'être présente aux Jeux (elle avait manqué les deux précédents sur blessure). J'ai 30 ans, c'était maintenant ou jamais. Et voilà que j'élimine une des candidates aux médailles." "Battre une telle championne, ancienne championne olympique, sur un tel court central, avec un tel public, c'était du frisson du début à la fin." Face à la puissance de la grande Américaine, la frêle Campinoise a déployé une panoplie de coups superbes: passing court croisé, passing le long de la ligne, lob, demi-volée amortie, slices et une ribambelle d'amorties sensationnelles qui ont eu raison du jeu trop prévisible de l'aînée des Williams. Le public carioca ne s'y est pas trompé à tel point qu'il a pris fait et cause pour la représentante du Team Belgium. "A 2-3, dans le premier set, quand j'ai réussi une amortie, le public a pris mon parti. Je n'avais jamais été soutenue par un public comme cela", a expliqué "Flipper". "Je devais trouver des solutions parce que du fond du court ce n'était pas jouable." "Dans le 3e set, quand j'ai été menée 1-4 et 3-5, je me suis juste dit d'en profiter. Ce match est un des plus mémorables de ma carrière au même niveau que le quart de finale gagné contre Kvitova à Wimbledon (en 2013, ndlr)". "Là, je veux profiter de ce moment parce que demain il y aura un autre match (en double avec Yanina Wickmayer)", a encore confié une Kirsten Flipkens marquée physiquement par la rencontre, mais néanmoins radieuse de son joli pied de nez à la logique sportive. Au 2e tour du simple, Flipkens rencontrera la Tchèque Lucie Safarova (WTA 28) qui a éliminé l'Italienne Karin Knapp (WTA 113) 4-6, 6-1, 6-1. (Belga)

"C'était déjà un rêve pour moi d'être présente aux Jeux (elle avait manqué les deux précédents sur blessure). J'ai 30 ans, c'était maintenant ou jamais. Et voilà que j'élimine une des candidates aux médailles." "Battre une telle championne, ancienne championne olympique, sur un tel court central, avec un tel public, c'était du frisson du début à la fin." Face à la puissance de la grande Américaine, la frêle Campinoise a déployé une panoplie de coups superbes: passing court croisé, passing le long de la ligne, lob, demi-volée amortie, slices et une ribambelle d'amorties sensationnelles qui ont eu raison du jeu trop prévisible de l'aînée des Williams. Le public carioca ne s'y est pas trompé à tel point qu'il a pris fait et cause pour la représentante du Team Belgium. "A 2-3, dans le premier set, quand j'ai réussi une amortie, le public a pris mon parti. Je n'avais jamais été soutenue par un public comme cela", a expliqué "Flipper". "Je devais trouver des solutions parce que du fond du court ce n'était pas jouable." "Dans le 3e set, quand j'ai été menée 1-4 et 3-5, je me suis juste dit d'en profiter. Ce match est un des plus mémorables de ma carrière au même niveau que le quart de finale gagné contre Kvitova à Wimbledon (en 2013, ndlr)". "Là, je veux profiter de ce moment parce que demain il y aura un autre match (en double avec Yanina Wickmayer)", a encore confié une Kirsten Flipkens marquée physiquement par la rencontre, mais néanmoins radieuse de son joli pied de nez à la logique sportive. Au 2e tour du simple, Flipkens rencontrera la Tchèque Lucie Safarova (WTA 28) qui a éliminé l'Italienne Karin Knapp (WTA 113) 4-6, 6-1, 6-1. (Belga)