"C'est de loin mon meilleur temps dans une session du matin", indique le recordman de Belgique (2:12.57). "Si j'avais pu nager ici en soirée, ç'aurait été encore plus rapide. Là, je n'ai pas pu maintenir mon rythme dans les 50 derniers mètres. Cela irait mieux dans une session du soir". Caerts n'avait appris que quelques semaines avant les Jeux qu'il pouvait se rendre à Rio. La fédération internationale de natation, la Fina, lui a accordé une wildcard, sur base de ses prestations de cette année. Il avait notamment battu deux records de Belgique encore inscrits au nom de Frederik Deburghgraeve. "Pouvoir nager ici aux Jeux, c'est fantastique, cela n'a rien de comparable avec tout ce que j'ai déjà fait jusqu'ici. J'ai vu des prestations uniques lors des trois derniers jours, comme le record du monde d'Adam Peaty. C'est fantastique, c'est là que je veux être dans 4 ans. Après cette expérience, je suis plus que jamais motivé à travailler très dur les prochaines années". (Belga)

"C'est de loin mon meilleur temps dans une session du matin", indique le recordman de Belgique (2:12.57). "Si j'avais pu nager ici en soirée, ç'aurait été encore plus rapide. Là, je n'ai pas pu maintenir mon rythme dans les 50 derniers mètres. Cela irait mieux dans une session du soir". Caerts n'avait appris que quelques semaines avant les Jeux qu'il pouvait se rendre à Rio. La fédération internationale de natation, la Fina, lui a accordé une wildcard, sur base de ses prestations de cette année. Il avait notamment battu deux records de Belgique encore inscrits au nom de Frederik Deburghgraeve. "Pouvoir nager ici aux Jeux, c'est fantastique, cela n'a rien de comparable avec tout ce que j'ai déjà fait jusqu'ici. J'ai vu des prestations uniques lors des trois derniers jours, comme le record du monde d'Adam Peaty. C'est fantastique, c'est là que je veux être dans 4 ans. Après cette expérience, je suis plus que jamais motivé à travailler très dur les prochaines années". (Belga)