"C'était difficile de prévoir où retrouver le vent. J'ai pensé qu'en me plaçant vers l'ouverture de la baie j'allais retrouver la pression, mais le vent est venu de la gauche et j'étais tout à fait de l'autre côté. J'ai été le dernier à trouver le vent", a expliqué le Bruxellois. "Comme j'ai déjà deux mauvaises manches, je ne peux plus me permettre d'en rater une. Je ne peux pas non plus prendre trop de risques parce que si je file de nouveau du mauvais côté, ce sera encore une mauvaise manche. Je crois qu'il faut que je fasse des bons départs comme aujourd'hui et demain le parcours devrait offrir un vent plus stable. Après-demain, on est dehors et là le vent est très stable. On annonce aussi de la pluie et cela me convient bien. Ce sera moins la loterie qu'aujourd'hui où j'ai perdu. Malheureusement." "Les déchets dans la baie de Guanabara, ils sont surtout présents quand il pleut et que le vent vient du nord", a encore précisé Wannes Van Laer. (Belga)

"C'était difficile de prévoir où retrouver le vent. J'ai pensé qu'en me plaçant vers l'ouverture de la baie j'allais retrouver la pression, mais le vent est venu de la gauche et j'étais tout à fait de l'autre côté. J'ai été le dernier à trouver le vent", a expliqué le Bruxellois. "Comme j'ai déjà deux mauvaises manches, je ne peux plus me permettre d'en rater une. Je ne peux pas non plus prendre trop de risques parce que si je file de nouveau du mauvais côté, ce sera encore une mauvaise manche. Je crois qu'il faut que je fasse des bons départs comme aujourd'hui et demain le parcours devrait offrir un vent plus stable. Après-demain, on est dehors et là le vent est très stable. On annonce aussi de la pluie et cela me convient bien. Ce sera moins la loterie qu'aujourd'hui où j'ai perdu. Malheureusement." "Les déchets dans la baie de Guanabara, ils sont surtout présents quand il pleut et que le vent vient du nord", a encore précisé Wannes Van Laer. (Belga)