"La réanalyse des échantillons d'Evgeniia Kolodko, prélevés lors des Jeux de Londres 2012, a révélé la présence de substances interdites, la déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol) et l'ipamoréline", précise le CIO. Evgeniia Kolodko, 36 ans, "se voit retirer la médaille, l'insigne de médaillé et le diplôme obtenus dans l'épreuve du lancer du poids, et il lui est ordonné de les rendre". Le CIO procède à une 3e vague d'analyse d'échantillons conservés depuis les Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012. Ces nouvelles analyses ont notamment mené au retrait de la médaille d'or de la Russie dans le relais 4x100 m féminin des JO 2008, qui devrait dès lors revenir à la Belgique, 2e à Pékin. L'IAAF, la Fédération internationale d'athlétisme, a suspendu la Fédération russe d'athlétisme depuis novembre 2015 en raison du dopage institutionnalisé dans le pays. (Belga)

"La réanalyse des échantillons d'Evgeniia Kolodko, prélevés lors des Jeux de Londres 2012, a révélé la présence de substances interdites, la déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol) et l'ipamoréline", précise le CIO. Evgeniia Kolodko, 36 ans, "se voit retirer la médaille, l'insigne de médaillé et le diplôme obtenus dans l'épreuve du lancer du poids, et il lui est ordonné de les rendre". Le CIO procède à une 3e vague d'analyse d'échantillons conservés depuis les Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012. Ces nouvelles analyses ont notamment mené au retrait de la médaille d'or de la Russie dans le relais 4x100 m féminin des JO 2008, qui devrait dès lors revenir à la Belgique, 2e à Pékin. L'IAAF, la Fédération internationale d'athlétisme, a suspendu la Fédération russe d'athlétisme depuis novembre 2015 en raison du dopage institutionnalisé dans le pays. (Belga)