Disqualifiée, la Russie perd sa 3e place conquise sur la piste derrière les Etats-Unis et les Bahamas. La Grande-Bretagne, 4e, héritera d'une médaille de bronze alors que la Belgique (Kevin Borlée, Jonathan Borlée, Cédric Van Branteghem et Arnaud Ghislain), 5e, va prendre la 4e place. Les Belgian Tornados, à un souffle de la médaille de bronze sur le relais 4X400m des Jeux de Rio le mois dernier, égalent donc la meilleure performance belge réussie finalement à Pékin il y a 8 ans. Denis Alexeev a été contrôlé positif au déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol), un anabolisant. Trois autres athlètes russes ont été reconnus positifs dont la vice-championne olympique du javelot, Maria Abakumova, 30 ans, contrôlée elle aussi au même produit. L'Allemande Christina Obergfoll prend la médaille d'argent et la Britannique Goldie Sayers prend la médaille de bronze. L'or était revenu à la Tchèque Barbora Spotakova. Inga Abitova, 34 ans, 6e du 10.000m à Pékin et la cycliste Ekaterina Gnidenko, 23 ans, 8e du keirin et 18e dans l'épreuve de vitesse en cyclisme sur piste ont aussi été contrôlés positifs au déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol) et disqualifiés. Les analyses rétroactives sur un deuxième lot d'échantillons datant des Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012 avaient révélé 45 nouveaux cas positifs en juillet et venaient s'ajouter aux 53 (30 à Pékin et 23 à Londres) déjà révélés par le CIO en mai. Sur ces 45 cas contrôlés positifs de la deuxième vague, 30 (dont 15 haltérophiles) ont participé aux JO de Pékin 2008, dont 23 médaillés, et 15 aux JO de Londres en 2012. Le CIO conserve pendant dix ans les échantillons des athlètes afin de les réexaminer selon des méthodes plus récentes ou de détecter de nouveaux produits. Au total, ce sont 1.243 échantillons de Pékin et Londres que le CIO a déjà fait re-vérifier. (Belga)

Disqualifiée, la Russie perd sa 3e place conquise sur la piste derrière les Etats-Unis et les Bahamas. La Grande-Bretagne, 4e, héritera d'une médaille de bronze alors que la Belgique (Kevin Borlée, Jonathan Borlée, Cédric Van Branteghem et Arnaud Ghislain), 5e, va prendre la 4e place. Les Belgian Tornados, à un souffle de la médaille de bronze sur le relais 4X400m des Jeux de Rio le mois dernier, égalent donc la meilleure performance belge réussie finalement à Pékin il y a 8 ans. Denis Alexeev a été contrôlé positif au déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol), un anabolisant. Trois autres athlètes russes ont été reconnus positifs dont la vice-championne olympique du javelot, Maria Abakumova, 30 ans, contrôlée elle aussi au même produit. L'Allemande Christina Obergfoll prend la médaille d'argent et la Britannique Goldie Sayers prend la médaille de bronze. L'or était revenu à la Tchèque Barbora Spotakova. Inga Abitova, 34 ans, 6e du 10.000m à Pékin et la cycliste Ekaterina Gnidenko, 23 ans, 8e du keirin et 18e dans l'épreuve de vitesse en cyclisme sur piste ont aussi été contrôlés positifs au déhydrochlorméthyltestostérone (turinabol) et disqualifiés. Les analyses rétroactives sur un deuxième lot d'échantillons datant des Jeux de Pékin en 2008 et de Londres en 2012 avaient révélé 45 nouveaux cas positifs en juillet et venaient s'ajouter aux 53 (30 à Pékin et 23 à Londres) déjà révélés par le CIO en mai. Sur ces 45 cas contrôlés positifs de la deuxième vague, 30 (dont 15 haltérophiles) ont participé aux JO de Pékin 2008, dont 23 médaillés, et 15 aux JO de Londres en 2012. Le CIO conserve pendant dix ans les échantillons des athlètes afin de les réexaminer selon des méthodes plus récentes ou de détecter de nouveaux produits. Au total, ce sont 1.243 échantillons de Pékin et Londres que le CIO a déjà fait re-vérifier. (Belga)