Fort de ses deux probantes victoires, le Belge de 23 ans se présentait sur le ring du Sports Palace Uruchie avec la ferme intention de se hisser en demies, et donc d'être assuré de remporter une médaille. "Mon rêve de médaille et de podium s'arrête là, c'est vraiment triste", a déclaré Ziad El Mohor à la sortie du ring. "En commençant le tournoi, je ne m'attendais pas spécialement à arriver jusque là et puis, au fil des succès, on a envie de goûter à la médaille. La louper de si peu, c'est encore plus triste." Malgré les encouragements d'une partie de la délégation belge, et les conseils de ses potes boxeurs Nabil Messaoudi et Ibrahima Diallo, El Mohor n'a que trop rarement inquiété son opposant du soir. "Il était beaucoup plus rapide sur ses contres. Je pense que sa technique a fait la différence", a-t-il analysé. Le pensionnaire du club arlonais du BC Han Geki repartira toutefois grandi de son expérience dans la capitale biélorusse. "J'ai bien progressé techniquement. J'ai aussi appris à éviter d'aller au contact pour travailler ma technique. Il faut maintenant que j'améliore ma vitesse." Galvanisé par son beau parcours, El Mohor rêve maintenant de représenter la Belgique aux Jeux Olympiques de Tokyo. Mercredi, le Comité international olympique (CIO) a d'ailleurs retiré l'organisation du tournoi olympique à la fédération internationale de boxe (AIBA) à cause de graves problèmes de gouvernance pour l'organiser en personne. Six places sont réservées à l'Europe dans la catégorie d'El Mohor lors du rendez-vous japonais l'année prochaine. "Ça va être difficile mais on va bosser", a lancé son entraîneur Béa Diallo. "Quand je vois le niveau européen ici, je constate qu'il a largement sa place dans le top-8. Il a encore de la marge et de l'expérience à acquérir et nous allons travailler pour y parvenir." Ziad El Mohor, qui a commencé la compétition il y a quatre ans à peine, aurait pu devenir le premier Belge à remporter une médaille dans un Championnat d'Europe de boxe depuis Daniel Hellebuyck en 1955. "Je suis fier de moi et de mon parcours", a-t-il ponctué. (Belga)