A 51 ans, et un peu plus de deux ans après avoir rangé ses palettes au terme d'une carrière exceptionnelle, l'ancien numéro 1 mondial de tennis de table veut désormais faire profiter le sport belge de sa longue et riche expérience de sportif de haut niveau mais aussi de dirigeant sportif qu'il a acquise depuis des années. Membre du conseil d'administration du COIB depuis 2009, il est l'un de ses vice-présidents depuis 2017. Dès septembre 2020, il avait fait connaître ses intentions de présider le mouvement olympique belge. Avec sept participations aux Jeux Olympiques, un record pour un athlète belge, Jean-Michel Saive dispose d'une connaissance unique du monde olympique qu'il a pu approfondir au sein de plusieurs instances dirigeantes que ce soit au sein du Comité exécutif des Comités olympiques européens ou comme membre actuel de la Commission de l'entourage des athlètes du Comité international olympique (CIO) pour ne citer que quelques-unes de ses nombreuses fonctions. La passion du Liégeois pour le sport était telle qu'il n'avait pas encore terminé sa carrière de joueur qu'il siégeait déjà dans les instances. Ainsi, aux premiers Jeux Européens, à Bakou en 2015, il fut athlète, disputant le tournoi de tennis de table, et officiel en charge de remettre les médailles aux lauréats de l'épreuve. "Tout dans mon parcours sportif et dans ma vie d'homme a toujours été guidé par la passion et l'envie de lier les acteurs du sport", souligne Jean-Michel Saive dans son programme remis en trois langues mercredi aux fédérations et rendu public jeudi. "Ma candidature est une suite logique de ma carrière". Son programme pour les quatre années à venir repose sur dix axes-clés. L'athlète au centre des débats reste "l'un des thèmes principaux de mon programme." Le soutien aux équipes et équipes composées, la proximité entre le COIB et les fédérations, via la création d'une commission des fédérations non olympiques, et la promotion des valeurs olympiques sont d'autres thèmes mis en avant. Sur ce dernier point, Saive souligne :"Si j'aime énormément la performance de très haut niveau, je ne peux l'envisager sans le respect total des valeurs". "C'est authentiquement la base du sport", rappelle celui qui a obtenu le Trophée mondial du Fair-Play de l'Unesco en 1989. La poursuite du projet Be Gold de soutien aux jeunes athlètes prometteurs, mais encore la création d'une commission de l'entourage des athlètes, l'échange et le partage entre coaches de différents sports figurent aussi dans les priorités du candidat. L'image de marque du Team Belgium, le rôle d'ambassadeur des Olympiens et le renforcement du rôle de la task force COIB/BPC pour tisser encore davantage de liens avec les sportifs paralympiques, sans oublier à tendre vers un partage équitable des responsabilités entre les hommes et les femmes, complètent les axes directeurs de Jean-Michel Saive. (Belga)

A 51 ans, et un peu plus de deux ans après avoir rangé ses palettes au terme d'une carrière exceptionnelle, l'ancien numéro 1 mondial de tennis de table veut désormais faire profiter le sport belge de sa longue et riche expérience de sportif de haut niveau mais aussi de dirigeant sportif qu'il a acquise depuis des années. Membre du conseil d'administration du COIB depuis 2009, il est l'un de ses vice-présidents depuis 2017. Dès septembre 2020, il avait fait connaître ses intentions de présider le mouvement olympique belge. Avec sept participations aux Jeux Olympiques, un record pour un athlète belge, Jean-Michel Saive dispose d'une connaissance unique du monde olympique qu'il a pu approfondir au sein de plusieurs instances dirigeantes que ce soit au sein du Comité exécutif des Comités olympiques européens ou comme membre actuel de la Commission de l'entourage des athlètes du Comité international olympique (CIO) pour ne citer que quelques-unes de ses nombreuses fonctions. La passion du Liégeois pour le sport était telle qu'il n'avait pas encore terminé sa carrière de joueur qu'il siégeait déjà dans les instances. Ainsi, aux premiers Jeux Européens, à Bakou en 2015, il fut athlète, disputant le tournoi de tennis de table, et officiel en charge de remettre les médailles aux lauréats de l'épreuve. "Tout dans mon parcours sportif et dans ma vie d'homme a toujours été guidé par la passion et l'envie de lier les acteurs du sport", souligne Jean-Michel Saive dans son programme remis en trois langues mercredi aux fédérations et rendu public jeudi. "Ma candidature est une suite logique de ma carrière". Son programme pour les quatre années à venir repose sur dix axes-clés. L'athlète au centre des débats reste "l'un des thèmes principaux de mon programme." Le soutien aux équipes et équipes composées, la proximité entre le COIB et les fédérations, via la création d'une commission des fédérations non olympiques, et la promotion des valeurs olympiques sont d'autres thèmes mis en avant. Sur ce dernier point, Saive souligne :"Si j'aime énormément la performance de très haut niveau, je ne peux l'envisager sans le respect total des valeurs". "C'est authentiquement la base du sport", rappelle celui qui a obtenu le Trophée mondial du Fair-Play de l'Unesco en 1989. La poursuite du projet Be Gold de soutien aux jeunes athlètes prometteurs, mais encore la création d'une commission de l'entourage des athlètes, l'échange et le partage entre coaches de différents sports figurent aussi dans les priorités du candidat. L'image de marque du Team Belgium, le rôle d'ambassadeur des Olympiens et le renforcement du rôle de la task force COIB/BPC pour tisser encore davantage de liens avec les sportifs paralympiques, sans oublier à tendre vers un partage équitable des responsabilités entre les hommes et les femmes, complètent les axes directeurs de Jean-Michel Saive. (Belga)