"Je dois décider si je continue à jouer ou non. N'est-ce pas trop risqué de continuer à tirer (sur le genou), n'est-ce pas le bon moment pour se reposer ?", s'est en conférence de presse l'ex-N.1 mondial, aujourd'hui 8e, en référence au tournoi de Halle qui débute le 14 juin et va lancer sa saison sur gazon. Revenu à la compétition en mars, après deux opérations au genou droit en 2020, le Suisse qui fêtera ses 40 ans en août a fait de Wimbledon son objectif prioritaire. "A chaque match, je dois réévaluer la situation et voir le lendemain matin dans quel état je me réveille et comment va mon genou. C'est peut-être même encore plus vrai après un match aussi long que celui d'aujourd'hui", a précisé l'ex-N.1 mondial aujourd'hui 8e. Roger Federer, qui joue son premier Grand Chelem depuis seize mois, s'est qualifié pour les huitièmes de finale au bout d'un bras de fer de plus de trois heures et demie avec l'Allemand Dominik Koepfer (ATP 59), battu 7-6 (7/5), 6-7 (3/7), 7-6 (7/4), 7-5, dans le huis clos de la nuit parisienne dimanche. "Après le deuxième set, je ne savais pas ce qu'il me restait dans le réservoir, ça avait été une belle bataille jusque-là. A ce moment-là, il a fallu que je me calme un peu, en particulier émotionnellement, que je ne force pas trop les choses, que je me détende un peu et que je laisse l'expérience prendre le dessus", a-t-il analysé. "C'est un match très important pour moi. Clairement, je n'ai pas fait d'entraînement de 3h35, on a poussé autant que possible dans la mesure de ce que l'on estimait raisonnable. C'est donc un énorme pas en avant aujourd'hui. Je ne m'attendais pas à être capable de gagner trois matchs ici, surtout que cette victoire (contre Koepfer) confirme en quelque sorte ma bonne performance contre Cilic (au 2e tour, ndlr) dans des circonstances complètement différentes ce soir. Donc je suis très heureux", a-t-il ajouté. Heureux, mais pas encore comblé. "Je préfèrerais être à la place de Rafa (Nadal) ou de Novak (Djokovic) en ce moment, quand on se dit +Je me sens bien. Si je joue bien, je gagne+. Ce n'est pas ce que je ressens pour le moment. Pour moi, ce sont des étapes sur le chemin de mon retour. J'ai besoin de matchs comme ça", a-t-il conclu. (Belga)

"Je dois décider si je continue à jouer ou non. N'est-ce pas trop risqué de continuer à tirer (sur le genou), n'est-ce pas le bon moment pour se reposer ?", s'est en conférence de presse l'ex-N.1 mondial, aujourd'hui 8e, en référence au tournoi de Halle qui débute le 14 juin et va lancer sa saison sur gazon. Revenu à la compétition en mars, après deux opérations au genou droit en 2020, le Suisse qui fêtera ses 40 ans en août a fait de Wimbledon son objectif prioritaire. "A chaque match, je dois réévaluer la situation et voir le lendemain matin dans quel état je me réveille et comment va mon genou. C'est peut-être même encore plus vrai après un match aussi long que celui d'aujourd'hui", a précisé l'ex-N.1 mondial aujourd'hui 8e. Roger Federer, qui joue son premier Grand Chelem depuis seize mois, s'est qualifié pour les huitièmes de finale au bout d'un bras de fer de plus de trois heures et demie avec l'Allemand Dominik Koepfer (ATP 59), battu 7-6 (7/5), 6-7 (3/7), 7-6 (7/4), 7-5, dans le huis clos de la nuit parisienne dimanche. "Après le deuxième set, je ne savais pas ce qu'il me restait dans le réservoir, ça avait été une belle bataille jusque-là. A ce moment-là, il a fallu que je me calme un peu, en particulier émotionnellement, que je ne force pas trop les choses, que je me détende un peu et que je laisse l'expérience prendre le dessus", a-t-il analysé. "C'est un match très important pour moi. Clairement, je n'ai pas fait d'entraînement de 3h35, on a poussé autant que possible dans la mesure de ce que l'on estimait raisonnable. C'est donc un énorme pas en avant aujourd'hui. Je ne m'attendais pas à être capable de gagner trois matchs ici, surtout que cette victoire (contre Koepfer) confirme en quelque sorte ma bonne performance contre Cilic (au 2e tour, ndlr) dans des circonstances complètement différentes ce soir. Donc je suis très heureux", a-t-il ajouté. Heureux, mais pas encore comblé. "Je préfèrerais être à la place de Rafa (Nadal) ou de Novak (Djokovic) en ce moment, quand on se dit +Je me sens bien. Si je joue bien, je gagne+. Ce n'est pas ce que je ressens pour le moment. Pour moi, ce sont des étapes sur le chemin de mon retour. J'ai besoin de matchs comme ça", a-t-il conclu. (Belga)