"Ce sera un match particulier pour moi, car ce n'est que la deuxième fois que je me retrouve au troisième tour dans un Grand Chelem, après Roland Garros", expliqua-t-elle. "Je ne l'ai encore jamais rencontrée, mais nous avons déjà joué en double ensemble. Je sais que c'est une très bonne joueuse, très expérimentée. Je ne sais pas jusqu'où je peux aller dans ce tournoi. C'est une question piège. Mon titre à Hobart m'a procuré beaucoup de confiance, mais ces derniers jours ont tout de même été assez prenants. Et je n'aurai eu en somme qu'une demi-journée pour récupérer. Mais bon, c'est un rêve d'être à ce niveau." Elise Mertens s'est en tout cas préparée très sereinement pour son match contre Alizé Cornet. Rentrée dormir à 3h du matin, jeudi, après sa victoire, elle a fait la grasse matinée, avant de venir ensuite taper tranquillement la balle avec sa partenaire de double, la Néerlandaise Demi Schuurs, entre 17 et 18 heures. "Je pense que je suis peut-être en pilote automatique", a-t-elle ajoutée. "J'ai disputé tellement de matchs depuis le début de l'année. Mais j'adore être sur le terrain, rivaliser avec les meilleures. Je ne sais pas encore comment je vais aborder ce match, mais pour l'instant, je me sens encore bien mentalement et physiquement." (Belga)

"Ce sera un match particulier pour moi, car ce n'est que la deuxième fois que je me retrouve au troisième tour dans un Grand Chelem, après Roland Garros", expliqua-t-elle. "Je ne l'ai encore jamais rencontrée, mais nous avons déjà joué en double ensemble. Je sais que c'est une très bonne joueuse, très expérimentée. Je ne sais pas jusqu'où je peux aller dans ce tournoi. C'est une question piège. Mon titre à Hobart m'a procuré beaucoup de confiance, mais ces derniers jours ont tout de même été assez prenants. Et je n'aurai eu en somme qu'une demi-journée pour récupérer. Mais bon, c'est un rêve d'être à ce niveau." Elise Mertens s'est en tout cas préparée très sereinement pour son match contre Alizé Cornet. Rentrée dormir à 3h du matin, jeudi, après sa victoire, elle a fait la grasse matinée, avant de venir ensuite taper tranquillement la balle avec sa partenaire de double, la Néerlandaise Demi Schuurs, entre 17 et 18 heures. "Je pense que je suis peut-être en pilote automatique", a-t-elle ajoutée. "J'ai disputé tellement de matchs depuis le début de l'année. Mais j'adore être sur le terrain, rivaliser avec les meilleures. Je ne sais pas encore comment je vais aborder ce match, mais pour l'instant, je me sens encore bien mentalement et physiquement." (Belga)