Anderlecht panique-t-il ?

Van den Brom, il va comme ça (Il mime avec ses doigts quelqu'un qui a peur). Il est en train de péter un câble ; il n'a jamais entraîné un grand club, il veut être champion mais c'est scandaleux ce qu'il a fait dans le couloir à Gand. On sent le club en panique. Si même des cadors comme Jovanovic commencent à douter, ça n'augure rien de bon. A moins qu'il ne s'agisse d'un plan com' ! Mais si c'est un plan com', il s'agit d'un mauvais plan com'. Et puis, ce milieu de terrain ne m'impressionne pas. Pour moi, l'entrejeu de Bruges composé de Donk, Vadis et Vazquez est trois fois plus fort que celui d'Anderlecht. Il faut se souvenir qu'Anderlecht, avant l'éclosion de Praet, ne jouait pas très bien. Biglia et Kljestan ne savent pas assurer la transmission vers les attaquants. Praet sait faire cela. Mais, depuis un mois et demi, il est carbonisé. Ce sont donc de nouveau Biglia et Kljestan qui reprennent le truc à leur manière, c'est-à-dire latérale. Et ça ne joue pas ! Contre Gand, Kouyaté et Nuytinck faisaient le jeu d'Anderlecht ! Mais, cela fait trois ans que je dis la même chose sur Biglia. La différence, à Bruges, c'est que Vadis, il sait récupérer et transmettre, défendre et jouer vers l'avant.

Le Standard est en crise ?

Il n'a pas une équipe extraordinaire. Quand les dirigeants font un transfert, c'est pour renforcer l'équipe, pas pour mettre tout le monde sur le banc. Rednic a fait du bon boulot mais a joué un jeu dangereux avec ses transferts. Il a mis une grosse pression, fait rare en Belgique, puis il a placé les Japonais en Réserve. On sentait un duel entre lui et le président. Cependant, il a eu la sagesse de reconnaître que ses Roumains n'étaient pas prêts.

Par Stéphane Vande Velde

Retrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine

Anderlecht panique-t-il ? Van den Brom, il va comme ça (Il mime avec ses doigts quelqu'un qui a peur). Il est en train de péter un câble ; il n'a jamais entraîné un grand club, il veut être champion mais c'est scandaleux ce qu'il a fait dans le couloir à Gand. On sent le club en panique. Si même des cadors comme Jovanovic commencent à douter, ça n'augure rien de bon. A moins qu'il ne s'agisse d'un plan com' ! Mais si c'est un plan com', il s'agit d'un mauvais plan com'. Et puis, ce milieu de terrain ne m'impressionne pas. Pour moi, l'entrejeu de Bruges composé de Donk, Vadis et Vazquez est trois fois plus fort que celui d'Anderlecht. Il faut se souvenir qu'Anderlecht, avant l'éclosion de Praet, ne jouait pas très bien. Biglia et Kljestan ne savent pas assurer la transmission vers les attaquants. Praet sait faire cela. Mais, depuis un mois et demi, il est carbonisé. Ce sont donc de nouveau Biglia et Kljestan qui reprennent le truc à leur manière, c'est-à-dire latérale. Et ça ne joue pas ! Contre Gand, Kouyaté et Nuytinck faisaient le jeu d'Anderlecht ! Mais, cela fait trois ans que je dis la même chose sur Biglia. La différence, à Bruges, c'est que Vadis, il sait récupérer et transmettre, défendre et jouer vers l'avant. Le Standard est en crise ? Il n'a pas une équipe extraordinaire. Quand les dirigeants font un transfert, c'est pour renforcer l'équipe, pas pour mettre tout le monde sur le banc. Rednic a fait du bon boulot mais a joué un jeu dangereux avec ses transferts. Il a mis une grosse pression, fait rare en Belgique, puis il a placé les Japonais en Réserve. On sentait un duel entre lui et le président. Cependant, il a eu la sagesse de reconnaître que ses Roumains n'étaient pas prêts. Par Stéphane Vande VeldeRetrouvez l'intégralité de l'interview dans votre Sport/Foot Magazine