Jan Vertonghen à propos...

...de Vincent Kompany à Anderlecht : "Je n'arrête pas d'y penser car ça m'a stupéfié. C'est vraiment incroyable. Je suis le premier supporter de Vincent Kompany, de l'homme et du footballeur. Je le trouve formidable et on a d'excellents rapports. On fait partie de la même génération et on passe beaucoup de temps ensemble quand on est en équipe nationale. Je pensais qu'il avait reçu de bonnes offres de clubs d'autres pays. Je ne pouvais pas l'imaginer dans un autre club de Premier League mais son transfert à Anderlecht est une surprise totale. Je savais qu'il avait cette ambition mais je n'imaginais pas que c'était immédiat. Je suppose que l'idée est venue progressivement.

Il m'a dit que c'était une chance formidable pour lui. Je deviens donc un grand supporter d'Anderlecht. (Rires) Ma famille n'est pourtant pas fan d'Anderlecht et avant, je supportais le Club Bruges. Je charriais toujours mes oncles, supporters d'Anderlecht. Mais maintenant, je vais prendre place dans la tribune! Je suis simplement fan de Kompany."

...de la finale de de la Champions League : "Ma blessure à la cheville en demi-finale a occupé mes pensées et quelque peu occulté la perspective de bientôt disputer la finale de Ligue des Champions, bien que nous préparions ce qui est sans doute le match le plus important de notre vie, avec un groupe de copains qui jouent ensemble depuis longtemps. Je ne sais pas si je suis pleinement conscient de l'enjeu. Il faudra sans doute que je sois à Madrid. Toutefois, mon entourage et les supporters des Spurs m'en parlent beaucoup et c'est quand même le summum d'une carrière de footballeur. J'ai déjà 32 ans et je réalise la plus belle année de ma carrière. Je détiens le record de sélections en Belgique, j'ai disputé la demi-finale de la Coupe du Monde et je vais y ajouter une finale de Champions League. C'est quand même beau."

...de Mousa Dembélé : "Pour moi, Mousa fait partie des cinq meilleurs médians de la dernière décennie en Premier League. Je le pense vraiment, je ne le dis pas parce que c'est mon ami. Vous pouvez poser la question à n'importe qui dans le vestiaire. Évidemment, il y a Paul Scholes, David Silva... Mais Mousa pourrait jouer sans problème dans n'importe quel club du monde. Je trouve qu'on ne lui a jamais accordé le crédit qu'il méritait. Il me manque beaucoup. On a joué ensemble dès l'âge de douze ans. Je suis ensuite parti à l'Ajax mais chaque fois que je revenais en équipe nationale, on se rapprochait. Il était souvent à Amsterdam, où j'habitais. On était simplement copains à cette époque mais il est devenu mon meilleur ami quand il a emménagé près de chez moi, dans le quartier d'IJburg. On est tous les deux liés à Amsterdam et à Anvers mais on a d'autres points communs. Par exemple, on a les mêmes amis."

...des Diables Rouges: "Tous ceux que je rencontre me disent que sur base de notre football, la Croatie ou la Belgique aurait dû remporter ce Mondial. On a éliminé des équipes en développant un football positif, offensif. La France nous a battus sur un corner. Le match était équilibré. Je pense que notre génération a encore une bonne chance lors du prochain EURO. Beaucoup de joueurs sont dans la trentaine : Thomas Vermaelen, Toby Alderweireld, Vincent Kompany, Dries Mertens... Gagner un trophée concret avec cette levée serait fantastique, comme ça le serait pour moi de remporter la Ligue des Champions avec Tottenham et des équipiers que je connais depuis longtemps. Notre troisième place en Russie était une récompense, pas un trophée."

Par Arthur Renard, à Londres

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Jan Vertonghen dans votre Sport/Foot Magazine