Marc Degryse
Opinion

04/09/18 à 16:37 - Mise à jour à 16:37

"J'aime la Jupiler Pro League", par Roberto Martinez

C'est reparti pour les Diables Rouges. D'abord le bémol. Ils vont jouer contre l'Écosse en amical puis ils commenceront la Ligue des Nations contre l'Islande. On rêvait quand même d'autre chose quand cette Ligue des Nations a été créée.

"J'aime la Jupiler Pro League", par Roberto Martinez

Hans Vanaken est actuellement le meilleur joueur de notre JPL. © BELGAIMAGE

Malheureusement, on n'aura pas d'affiches dans notre groupe. Ça aurait été bien d'avoir des gros matches contre la France ou l'Allemagne, par exemple. Aujourd'hui, clairement, ce sont des pays pareils qui méritent d'avoir les Belges sur leur route. Pour tous les autres, style Écosse ou Islande, c'est simplement un honneur de pouvoir jouer contre nous.

La sélection de Roberto Martinez est intéressante. Parce qu'il montre que, malgré les résultats à la Coupe du monde et notre nouveau statut, il ne délaisse pas le championnat de Belgique. Il s'y est toujours intéressé, et cette sélection prouve que ce n'est pas du vent. Il appelle, en une fois, trois joueurs qui évoluent sur nos terrains. Et au bout du compte, si on les prend cas par cas, c'est justifié.

Partager

Hans Vanaken chez les Diables, c'est une super pub pour le championnat de Belgique.

Hans Vanaken est le meilleur joueur en Belgique depuis un bon moment. En deuxième partie de saison dernière, il était en concurrence avec Mehdi Carcela et Edmilson pour ce label mais, sur la durée, en prenant en compte la saison passée et celle qui vient de commencer, Vanaken est devant tout le monde. On s'est longtemps demandé s'il était suffisamment rapide pour se hisser au plus haut niveau. La question reste, mais ce qui est clair, c'est qu'il confirme chaque week-end qu'il est le chef d'orchestre de la meilleure équipe de Belgique. Il sent et il voit le jeu plus vite que tous les autres. Et il joue parfaitement des deux pieds. Bref, Vanaken chez les Diables, c'est une super pub pour le championnat de Belgique.

Leandro Trossard qui rejoint le noyau, c'est intéressant aussi. Le jour où Eden Hazard ne sera pas là, il pourra toujours essayer... de l'imiter. On ne parle évidemment pas de la même chose, mais Trossard est aussi un joueur capable d'éclairs soudains, d'actions individuelles qui surprennent complètement l'équipe d'en face. Il a longtemps été freiné par des pépins physiques, on s'est longtemps demandé s'il était assez bon pour une des meilleures équipes du championnat de Belgique, aujourd'hui il démontre avec Genk qu'il ne lui manque rien.

La surprise, c'est la convocation de Birger Verstraete. Si on m'avait dit, il y a six mois, qu'il allait être repris en équipe nationale, je n'y aurais pas cru une seconde. Mais sur la base de ce qu'il montre depuis le début de la saison avec Gand, pourquoi pas ? C'est un vrai numéro 6 qui organise le jeu de son équipe et contrôle le fil des matches, il a la dose d'agressivité indispensable et du charisme, c'est un leader. Et puis il reste cool en toutes circonstances, il suffit de l'observer quand il botte un penalty.

Timothy Castagne qui est aussi dans le noyau, c'est déjà moins étonnant. On savait depuis un moment qu'il était dans le radar de Roberto Martinez. Quelque part, il profite sans doute des déboires de Thomas Foket, en concurrence pour la même place sur la droite de la défense.

Évidemment, on sait que ces joueurs sont appelés surtout pour élargir le groupe. Vu le parcours en Russie et l'annonce de piliers comme Vincent Kompany et Marouane Fellaini de prolonger chez les Diables, le cadre de l'équipe ne va pas changer dans l'immédiat. Mais c'est bien que Martinez pense belge pour étoffer son noyau. J'aurais simplement aimé qu'il pense belge, aussi, pour recomposer son staff. On est tous surpris que Thierry Henry reste, finalement, alors qu'il se sentait prêt pour une carrière de T1 et qu'il avait des offres. Ça confirme que tout le monde, même les plus grands noms, veut rester avec cette équipe belge ! Mais après l'avoir promu de T3 à T2, Martinez aurait pu penser à quelqu'un de chez nous pour la place à prendre de deuxième assistant.

Nos partenaires