"J'ai toujours l'objectif d'aller plus haut"

24/01/19 à 10:00 - Mise à jour à 22/01/19 à 17:58

Débarqué à Charleroi avec le statut de recrue-phare du nouveau projet zébré, Massimo Bruno a vécu des premiers mois contrastés dans le Pays Noir. À l'image d'un parcours plus cabossé que prévu. Entretien.

"J'ai toujours l'objectif d'aller plus haut"

Massimo Bruno. © BELGA

Massimo Bruno à propos...

...de ses débuts à Anderlecht : "On jouait en 4-3-3, avec deux ailiers purs. Je devais rester sur la ligne, on avait un milieu de terrain au-dessus de la moyenne qui faisait toujours la différence. Sur mon flanc, je recevais le ballon, je jouais des un-contre-un tout le temps. Ça ne passait pas toujours mais quand c'était le cas, ça finissait souvent par un assist ou une belle action. Je jouais un peu dans un fauteuil. Tout roulait, l'équipe tournait bien, on mettait des casquettes aux autres équipes... Je ne pouvais pas rêver mieux."

...de son départ pour Salzbourg : "Vu de l'extérieur, c'est clair que ceux qui ne connaissaient pas le projet Red Bull ont pu trouver ça bizarre. Cette décision, je l'ai prise avec trois ou quatre réunions. Ils m'ont montré sur écran géant leur philosophie de jeu, leur façon de s'entraîner... Que ce soit Salzbourg ou Leipzig, j'ai été visiter les installations, et c'est là que je me suis rendu compte de l'ampleur du projet. C'est clair que quand Mogi m'appelle et me dit qu'il a Leipzig pour moi, tu n'es pas emballé directement quoi. Ce n'est pas un nom qui te fait dire : Oh, chouette ! Mais en y partant, j'ai réalisé. Je prenais un petit risque parce que c'était le début, Leipzig n'était pas encore ce qu'il est maintenant. Par contre Salzbourg, je les avais vus en Europa League l'année précédente, notamment contre le Standard, et ils étaient très forts. Il y avait Mané, Kampl, Soriano... Ces mecs étaient au-dessus du lot. Le choix, je ne l'ai pas regretté une seule seconde."

...du vestiaire carolo : "Ici, évidemment il y a une organisation, ce n'est pas la cour de récré, on ne fait pas n'importe quoi. Mais il y a ce lâcher-prise des joueurs et en fin de compte, on s'amuse. Dans le vestiaire déjà, tous les gars sont d'une gentillesse incroyable, mettent de la bonne humeur. Ça m'a plus frappé que dans mes clubs précédents. Il reste un côté club familial."

...de sa vision du futur : "Quand on commence une carrière, on espère tous monter sans arrêt, aller dans les plus grands clubs mais quand ça ne se passe pas comme prévu, il faut relativiser. En commençant par se dire que je reste malgré tout dans un très bon club de D1, que je dois essayer de m'y épanouir pour tenter de remonter. Un joueur ne peut pas se dire qu'il est content d'être où il est et qu'il va y rester. Il reste toujours l'objectif d'aller plus haut, et ça passe peut-être par la case Charleroi."

Par Guillaume Gautier

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Massimo Bruno dans votre Sport/Foot Magazine