"Je suis très heureuse", a-t-elle confié à Belga après sa victoire. "Cela fait vraiment plaisir après la période difficile que j'ai connue suite à ma blessure au genou. Je pense avoir pratiqué un tennis sur gazon très solide durant toute la semaine. J'ai essayé de suivre le plus souvent possible mes frappes au filet et de bien varier avec mes slices. J'étais tête de série N.1, mais cela n'est jamais une garantie de succès. J'ai aussi dû affronter Greet (NdlR : Minnen, sa fiancée) en demi-finales, ce qui n'était pas évident, car on s'entraîne souvent ensemble et elle me prend régulièrement des sets. Rodionova a fait un cinéma pas possible dans cette finale après la perte du premier set, cherchant par tous les moyens à casser le rythme, mais j'ai réussi à garder mes nerfs pour l'emporter". L'herbe est en tout cas nettement plus verte pour Alison Van Uytvanck, qui n'avait pas réussi à gagner le moindre match sur terre battue cette année. LaN.2 belge avait même quitté Roland-Garros avec le moral dans les chaussettes après une nouvelle défaite en trois sets contre l'Italienne Martina Trevisan (WTA 97). "C'est la preuve qu'il faut toujours continuer à y croire", a-t-elle poursuivi. "Il est clair que le gazon est une surface qui convient bien à mon jeu, mais j'avais aussi perdu plusieurs matches très accrochés sur terre battue. Je me disais donc que la roue ne pouvait faire que finir par tourner. Et c'est arrivé dès le premier tournoi qui a suivi, la semaine passée à Nottingham, où j'ai atteint les quarts de finale. Moralement, cela fait un bien fou et me donne beaucoup de confiance en vue de Wimbledon". (Belga)

"Je suis très heureuse", a-t-elle confié à Belga après sa victoire. "Cela fait vraiment plaisir après la période difficile que j'ai connue suite à ma blessure au genou. Je pense avoir pratiqué un tennis sur gazon très solide durant toute la semaine. J'ai essayé de suivre le plus souvent possible mes frappes au filet et de bien varier avec mes slices. J'étais tête de série N.1, mais cela n'est jamais une garantie de succès. J'ai aussi dû affronter Greet (NdlR : Minnen, sa fiancée) en demi-finales, ce qui n'était pas évident, car on s'entraîne souvent ensemble et elle me prend régulièrement des sets. Rodionova a fait un cinéma pas possible dans cette finale après la perte du premier set, cherchant par tous les moyens à casser le rythme, mais j'ai réussi à garder mes nerfs pour l'emporter". L'herbe est en tout cas nettement plus verte pour Alison Van Uytvanck, qui n'avait pas réussi à gagner le moindre match sur terre battue cette année. LaN.2 belge avait même quitté Roland-Garros avec le moral dans les chaussettes après une nouvelle défaite en trois sets contre l'Italienne Martina Trevisan (WTA 97). "C'est la preuve qu'il faut toujours continuer à y croire", a-t-elle poursuivi. "Il est clair que le gazon est une surface qui convient bien à mon jeu, mais j'avais aussi perdu plusieurs matches très accrochés sur terre battue. Je me disais donc que la roue ne pouvait faire que finir par tourner. Et c'est arrivé dès le premier tournoi qui a suivi, la semaine passée à Nottingham, où j'ai atteint les quarts de finale. Moralement, cela fait un bien fou et me donne beaucoup de confiance en vue de Wimbledon". (Belga)