Avant d'aborder ces 17es Mondiaux, les premiers de sa carrière, Kimeli avait laissé entendre que sa participation (sur invitation de l'IAAF) au 1500m dépendra de sa performance sur 5000m et qu'un échec, à savoir ne pas entrer en finale, le conduirait à courir le 1500m. En revanche, une qualification serait synonyme de forfait compte tenu de la répétition des efforts en si peu de temps. Après sa qualification pour la finale du 5000m vendredi, il s'était montré moins catégorique. Lundi soir après sa finale, il annonçait que sa décision serait prise mardi après la nuit afin de juger de son état de récupération. Au terme d'une saison réussie, longue et à moins de dix mois des JO de Tokyo pour lesquels il est déjà qualifié sur 5000m, Isaac Kimeli a tranché et joué la prudence. (Belga)