L'hymne et le drapeau russes seront par ailleurs bannis des compétitions internationales, a annoncé la Fédération internationale de football, qui se réserve le droit de prendre "des sanctions additionnelles, y compris une exclusion potentielle des compétitions", alors que l'exclusion des Russes du Mondial 2022 a été évoquée ces dernières heures, notamment par la Fédération française. La Russie devait affronter la Pologne le 24 mars en demi-finales des barrages pour la Coupe du monde, avant d'éventuellement rencontrer le vainqueur de Suède - République tchèque cinq jours plus tard. La Pologne, la Russie et la République tchèque ont fait part ce week-end de leur refus d'affronter la Russie en barrages. Jusqu'à ce dimanche soir, la FIFA n'avait pas encore pris de sanctions à l'encontre de la Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine, se contentant, jeudi, de se dire "préoccupée" face à une situation "tragique et inquiétante", selon Gianni Infantino, le président de l'instance mondiale du football. La Confédération européenne, l'UEFA, a en revanche déjà privé la Russie de l'organisation de la finale de Ligue des champions, initialement prévue à Saint-Pétersbourg le 28 mai mais relocalisée au Stade de France, en région parisienne (Belga)

L'hymne et le drapeau russes seront par ailleurs bannis des compétitions internationales, a annoncé la Fédération internationale de football, qui se réserve le droit de prendre "des sanctions additionnelles, y compris une exclusion potentielle des compétitions", alors que l'exclusion des Russes du Mondial 2022 a été évoquée ces dernières heures, notamment par la Fédération française. La Russie devait affronter la Pologne le 24 mars en demi-finales des barrages pour la Coupe du monde, avant d'éventuellement rencontrer le vainqueur de Suède - République tchèque cinq jours plus tard. La Pologne, la Russie et la République tchèque ont fait part ce week-end de leur refus d'affronter la Russie en barrages. Jusqu'à ce dimanche soir, la FIFA n'avait pas encore pris de sanctions à l'encontre de la Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine, se contentant, jeudi, de se dire "préoccupée" face à une situation "tragique et inquiétante", selon Gianni Infantino, le président de l'instance mondiale du football. La Confédération européenne, l'UEFA, a en revanche déjà privé la Russie de l'organisation de la finale de Ligue des champions, initialement prévue à Saint-Pétersbourg le 28 mai mais relocalisée au Stade de France, en région parisienne (Belga)