Le club de football du Beerschot a fermement condamné les incidents ayant impliqué certains de ses supporters lors du derby de dimanche contre l'Antwerp (0-1) en championnat. "Ce qui s'est passé dans notre stade est tout simplement inacceptable", ont écrit les Rats lundi. "Le football devrait être une fête, surtout en ces temps de coronavirus, et ce n'était pas du tout le cas."

Le derby anversois a été en effet entaché d'affrontements entre les clans les plus violents des deux camps. Un supporter du Beerschot a même traversé le terrain pour lancer une fusée dans le box des supporters de l'Antwerp. "Le Beerschot regrette que des individus entachent le nom du club et de ses supporters par de telles actions", peut-on lire dans un communiqué transmis lundi. "Le club prendra des mesures strictes à l'encontre des personnes responsables de cette situation. Ils sont indignes du nom de supporter du Beerschot."

"Le Beerschot est et restera toujours un club familial. Un lieu où des personnes de tous âges, de tous sexes et de toutes classes sociales peuvent profiter ensemble de 'notre Beerschot'. Où les gens peuvent être fiers de se dire supporters du Beerschot. Nos supporters sont connus pour être francs, ludiques et originaux. C'est précisément cet ADN du Beerschot qui doit être sauvegardé. En tant que club, nous sommes fiers d'avoir une base de soutien aussi solide. Mais le message est clair : plus jamais ça".

Radja Nainggolan a bien fêté la victoire de l'Antwerp dans le derby anversois., iStock
Radja Nainggolan a bien fêté la victoire de l'Antwerp dans le derby anversois. © iStock

Une banderole avait aussi été déployée à l'encontre de Radja Nainggolan, le joueur de l'Antwerp, considéré comme un traître alors qu'il avait accepté d'être "l'ambassadeur honorifique" du Beerschot. "Radja Vaffanculo" pouvait-on lire dimanche en grand. Le Beerschot souligne également l'impact négatif que peut avoir un tel hooliganisme sur le club. "Les conséquences des actions d'hier sont lourdes : des supporters qui remettent en question leur club et son image, des sponsors et partenaires (potentiels) qui demandent des explications et une interdiction des supporters en déplacement pour le mois prochain. Cela met en danger la continuité de notre club. Le Beerschot se nourrit de sa bonne réputation, de son environnement chaleureux et de ses supporters. Tout cela a été compromis dimanche par les actions d'individus. Au cours des derniers mois, le Beerschot a payé des dizaines de milliers d'euros d'amendes pour leur mauvais comportement. Le club étudie maintenant les mesures qui peuvent être prises pour punir ces personnes, récupérer les amendes auprès des personnes en question et agira avec fermeté pour s'assurer que cela ne se reproduise pas."

Le match de dimanche soir entre le Standard et Charleroi (0-3) a également déraillé avec des jets de fumigènes et un envahissement du terrain qui a contraint d'arrêter définitivement la rencontre après 88 minutes de jeu. Le conseil d'administration de la Pro League a décidé, en réponse, de ne pas autoriser la présence des supporters visiteurs dans tous les matchs de la Pro League jusqu'à la fin de l'année civile 2021.

Le club de football du Beerschot a fermement condamné les incidents ayant impliqué certains de ses supporters lors du derby de dimanche contre l'Antwerp (0-1) en championnat. "Ce qui s'est passé dans notre stade est tout simplement inacceptable", ont écrit les Rats lundi. "Le football devrait être une fête, surtout en ces temps de coronavirus, et ce n'était pas du tout le cas." Le derby anversois a été en effet entaché d'affrontements entre les clans les plus violents des deux camps. Un supporter du Beerschot a même traversé le terrain pour lancer une fusée dans le box des supporters de l'Antwerp. "Le Beerschot regrette que des individus entachent le nom du club et de ses supporters par de telles actions", peut-on lire dans un communiqué transmis lundi. "Le club prendra des mesures strictes à l'encontre des personnes responsables de cette situation. Ils sont indignes du nom de supporter du Beerschot.""Le Beerschot est et restera toujours un club familial. Un lieu où des personnes de tous âges, de tous sexes et de toutes classes sociales peuvent profiter ensemble de 'notre Beerschot'. Où les gens peuvent être fiers de se dire supporters du Beerschot. Nos supporters sont connus pour être francs, ludiques et originaux. C'est précisément cet ADN du Beerschot qui doit être sauvegardé. En tant que club, nous sommes fiers d'avoir une base de soutien aussi solide. Mais le message est clair : plus jamais ça". Une banderole avait aussi été déployée à l'encontre de Radja Nainggolan, le joueur de l'Antwerp, considéré comme un traître alors qu'il avait accepté d'être "l'ambassadeur honorifique" du Beerschot. "Radja Vaffanculo" pouvait-on lire dimanche en grand. Le Beerschot souligne également l'impact négatif que peut avoir un tel hooliganisme sur le club. "Les conséquences des actions d'hier sont lourdes : des supporters qui remettent en question leur club et son image, des sponsors et partenaires (potentiels) qui demandent des explications et une interdiction des supporters en déplacement pour le mois prochain. Cela met en danger la continuité de notre club. Le Beerschot se nourrit de sa bonne réputation, de son environnement chaleureux et de ses supporters. Tout cela a été compromis dimanche par les actions d'individus. Au cours des derniers mois, le Beerschot a payé des dizaines de milliers d'euros d'amendes pour leur mauvais comportement. Le club étudie maintenant les mesures qui peuvent être prises pour punir ces personnes, récupérer les amendes auprès des personnes en question et agira avec fermeté pour s'assurer que cela ne se reproduise pas." Le match de dimanche soir entre le Standard et Charleroi (0-3) a également déraillé avec des jets de fumigènes et un envahissement du terrain qui a contraint d'arrêter définitivement la rencontre après 88 minutes de jeu. Le conseil d'administration de la Pro League a décidé, en réponse, de ne pas autoriser la présence des supporters visiteurs dans tous les matchs de la Pro League jusqu'à la fin de l'année civile 2021.