"L'objectif est en effet très simple", soutient le sélectionneur néerlandais de la Belgique, mardi en conférence de presse. "Cela sera dur, parce que notre poule est relevée, en ce compris la Malaisie qui sort du groupe asiatique, très relevé et qui propose un autre jeu." La Belgique a battu la Grande-Bretagne en préparation lundi (2-1), ce qui confortait Niels Thijssen dans sa motivation. "Si l'on peut terminer plus haut qu'une simple place qualificative pour la Coupe du monde, ce sera encore mieux. Le groupe est passionné, compétitif et concentré sur son objectif. On a besoin de ça et nous, staff, nous savons que nous pouvons mettre la pression et les pousser à se dépasser. C'est un défi fantastique." La Belgique, 14e mondiale, a manqué les jeux de Rio et a manifestement hâte d'en découdre avec le top du hockey mondial. "Nous avons continué à nous entraîner très fort malgré la grosse déception", a confié Anouk Raes. "Cela nous permet de disposer aujourd'hui d'une base solide avec en plus des jeunes qui intègrent le noyau. Il y a de plus en plus de talents dans le groupe et c'est rassurant de voir des filles qui viennent des U21 performer aussi bien dès leur premier match. C'est prometteur. On va donner le maximum pour ne plus revivre une seconde fois la déception de Rio. L'objectif est de se qualifier pour la Coupe du monde, qui se joue à 16. C'est donc possible, nous avons les cartes en main, mais ce sera dur car nous jouons contre des pays mieux classés que nous." Victorieuse (2-1) de la Grande-Bretagne, championne olympique, en préparation lundi, les Red Panthers retrouvent mardi après-midi les Britanniques pour une seconde joute. "Après la déception de Rio, cela a été dur", renchérissait Alix Gerniers. "Ce fut dur au début, mais cela nous a permis de nous remettre en question pour celles qui étaient là depuis longtemps. Mais nous sommes restées bien soudées et la déception nous a gardée ensemble en quelque sorte. Ageeth Boomgaardt nous a apporté beaucoup de professionnalisme avec une mentalité néerlandaise qui nous a bousculé. Cela a fait du bien je pense. On mérite certainement mieux que notre classement. On a battu la Grande-Bretagne, championne olympique, on peut rivaliser avec la Nouvelle-Zélande et l'Australie, j'en suis persuadée. J'y crois à fond." La Belgique, 14e mondiale, affrontera dans son groupe à Woluwé-Saint-Lambert, l'Australie (FIH 4), la Nouvelle-Zélande (FIH 5), l'Espagne (FIH 10) et la Malaisie (FIH 22). (Belga)

"L'objectif est en effet très simple", soutient le sélectionneur néerlandais de la Belgique, mardi en conférence de presse. "Cela sera dur, parce que notre poule est relevée, en ce compris la Malaisie qui sort du groupe asiatique, très relevé et qui propose un autre jeu." La Belgique a battu la Grande-Bretagne en préparation lundi (2-1), ce qui confortait Niels Thijssen dans sa motivation. "Si l'on peut terminer plus haut qu'une simple place qualificative pour la Coupe du monde, ce sera encore mieux. Le groupe est passionné, compétitif et concentré sur son objectif. On a besoin de ça et nous, staff, nous savons que nous pouvons mettre la pression et les pousser à se dépasser. C'est un défi fantastique." La Belgique, 14e mondiale, a manqué les jeux de Rio et a manifestement hâte d'en découdre avec le top du hockey mondial. "Nous avons continué à nous entraîner très fort malgré la grosse déception", a confié Anouk Raes. "Cela nous permet de disposer aujourd'hui d'une base solide avec en plus des jeunes qui intègrent le noyau. Il y a de plus en plus de talents dans le groupe et c'est rassurant de voir des filles qui viennent des U21 performer aussi bien dès leur premier match. C'est prometteur. On va donner le maximum pour ne plus revivre une seconde fois la déception de Rio. L'objectif est de se qualifier pour la Coupe du monde, qui se joue à 16. C'est donc possible, nous avons les cartes en main, mais ce sera dur car nous jouons contre des pays mieux classés que nous." Victorieuse (2-1) de la Grande-Bretagne, championne olympique, en préparation lundi, les Red Panthers retrouvent mardi après-midi les Britanniques pour une seconde joute. "Après la déception de Rio, cela a été dur", renchérissait Alix Gerniers. "Ce fut dur au début, mais cela nous a permis de nous remettre en question pour celles qui étaient là depuis longtemps. Mais nous sommes restées bien soudées et la déception nous a gardée ensemble en quelque sorte. Ageeth Boomgaardt nous a apporté beaucoup de professionnalisme avec une mentalité néerlandaise qui nous a bousculé. Cela a fait du bien je pense. On mérite certainement mieux que notre classement. On a battu la Grande-Bretagne, championne olympique, on peut rivaliser avec la Nouvelle-Zélande et l'Australie, j'en suis persuadée. J'y crois à fond." La Belgique, 14e mondiale, affrontera dans son groupe à Woluwé-Saint-Lambert, l'Australie (FIH 4), la Nouvelle-Zélande (FIH 5), l'Espagne (FIH 10) et la Malaisie (FIH 22). (Belga)