"Nous avons eu trois jours avec le groupe ici en Argentine pour nous préparer à la rencontre. Chose que nous n'avions pas pu faire à Valence, où nous étions arrivés la veille", a confié le médian belge Augustin Meurmans. "Cela nous a fait du bien. Nous avons eu plus de temps pour nous et avons pu nous acclimater quelque peu aux conditions de chaleur et d'humidité qui sont vraiment terribles ici. Je n'ai encore jamais joué de ma vie dans des conditions si difficiles. J'avais du mal à respirer en début de match. Nous avons d'ailleurs tous tourné beaucoup plus qu'à la normale", ajoute-t-il. Des propos confirmés par le double buteur du jour, Tom Boon: "ce fut les conditions de jeu les plus éprouvantes jamais connues, bien plus lourd et humide qu'à Rio, par exemple", selon l'attaquant des Red Lions, 29 ans depuis vendredi. "C'est vrai aussi que le match à Valence est tombé un peu tôt après notre titre mondial", concède Meurmans. "Nous avons repris le chemin de l'entraînement seulement début janvier et c'est seulement maintenant que nous retrouvons nos sensations." Pour Tom Boon, auteur samedi du premier et dernier des quatre buts belges, les Lions se sont posés "les bonnes questions" après le faux pas des dernières minutes à Valence, laissant l'Espagne revenir à sa hauteur dans les deux dernières minutes après avoir mené 0-2. "Et nous avons trouvé les bonnes réponses", assure-t-il. "Ce que nous devons à présent améliorer dans nos deux prochains matches contre la Nouvelle-Zélande et l'Australie, ce sont nos penalty corners. En deux rencontres, nous nous sommes créés que deux pc. Ce n'est pas assez, alors que nous pouvons compter sur l'un des meilleurs sleepers du moment en la personne d'Alexander Hendrickx. Ce sera certainement le point à travailler", a conclu Boon. (Belga)

"Nous avons eu trois jours avec le groupe ici en Argentine pour nous préparer à la rencontre. Chose que nous n'avions pas pu faire à Valence, où nous étions arrivés la veille", a confié le médian belge Augustin Meurmans. "Cela nous a fait du bien. Nous avons eu plus de temps pour nous et avons pu nous acclimater quelque peu aux conditions de chaleur et d'humidité qui sont vraiment terribles ici. Je n'ai encore jamais joué de ma vie dans des conditions si difficiles. J'avais du mal à respirer en début de match. Nous avons d'ailleurs tous tourné beaucoup plus qu'à la normale", ajoute-t-il. Des propos confirmés par le double buteur du jour, Tom Boon: "ce fut les conditions de jeu les plus éprouvantes jamais connues, bien plus lourd et humide qu'à Rio, par exemple", selon l'attaquant des Red Lions, 29 ans depuis vendredi. "C'est vrai aussi que le match à Valence est tombé un peu tôt après notre titre mondial", concède Meurmans. "Nous avons repris le chemin de l'entraînement seulement début janvier et c'est seulement maintenant que nous retrouvons nos sensations." Pour Tom Boon, auteur samedi du premier et dernier des quatre buts belges, les Lions se sont posés "les bonnes questions" après le faux pas des dernières minutes à Valence, laissant l'Espagne revenir à sa hauteur dans les deux dernières minutes après avoir mené 0-2. "Et nous avons trouvé les bonnes réponses", assure-t-il. "Ce que nous devons à présent améliorer dans nos deux prochains matches contre la Nouvelle-Zélande et l'Australie, ce sont nos penalty corners. En deux rencontres, nous nous sommes créés que deux pc. Ce n'est pas assez, alors que nous pouvons compter sur l'un des meilleurs sleepers du moment en la personne d'Alexander Hendrickx. Ce sera certainement le point à travailler", a conclu Boon. (Belga)