"Ce fut une prépartion mentale très difficile, mais je suis super contente de revenir et pouvoir disputer ces deux matchs contre une équipe pareille", a expliqué la Nivelloise d'origine. "C'est un sentiment un peu partagé parce que l'on se dit que l'on va rencontrer une équipe qui a le rythme le plus élevé au monde, alors que cela fait onze mois et le Mondial à Londres que personnellement je n'ai plus connu ce rythme. Je savais donc que j'allais avoir un peu du mal physiquement. Mais en même temps, jouer les Pays-Bas cela m'a un peu libérée. Ce n'est pas le genre de match où l'on doit absolument gagner les trois points. je pouvais aussi faire des erreurs et avait moins de pression derrière moi." Même si la Belgique n'a pas encore grimpé au classement mondial (et cela sera sûrement le cas fin août après l'Euro d'Anvers, ndlr), en un an de temps les Red Panthers ont bien évolué et leur ancienne capitaine l'a bien remarqué. "Je suis fière de toute leur première partie de Pro League. Elles méritaient les points qu'elles ont obtenus. Statistiquement parlant c'est mieux dans l'ensemble, mais contre des pays comme l'Australie ou la Nouvelle-Zélande on voit clairement la différence avec le passé et on arrive même à gagner contre elles. C'est beau à voir et de bon augure", selon Anouk Raes. Des progrès également relevés par l'actuelle capitaine Barbara Nelen. "C'est la première fois depuis que nous rencontrons les Néerlandaises que nous pénétrons aussi souvent dans leur cercle, c'est donc déjà une progression en soi. Nous osons désormais plus jouer avec la balle, nous nous sommes créé un pc et marquons également un but. C'est une grosse différence avec le passé. Aujourd'hui (samedi), nous avons surtout essayé de laisser le moins d'espace possible à l'adversaire et défendre en bloc. Chose que nous n'avions pas su faire dimanche dernier contre l'Allemagne", a conclu la Gantoise, qui espère toujours terminer dans le top 4 au terme de la compétition régulière afin de se qualifier pour les demi-finales, fin juin à Amsterdam. "Cela reste un rêve et nous allons tout faire pour l'atteindre." (Belga)