"C'est dur à avaler", a confié Alfie Hewett après sa défaite. "J'ai tout fait pour me remettre dans ce match. Je ne trouvais pas le rythme et à un moment donné, je voulais à tout prix éviter de prendre 6-0, 6-0. Je pense qu'il a même eu des balles pour mener 5-0 (une, ndlr) Je voulais prendre au moins un jeu, car c'était embarrassant. Et puis, j'ai pensé à en prendre un deuxième, me disant 'on ne sait jamais'. Jo a commencé à se crisper quelque peu et cela a fini par devenir un match de tennis. Je crois que j'ai même eu des occasions de faire le break au milieu du troisième set. Et à l'arrivée, cela s'est joué sur deux ou trois points". Alfie Hewett, cela dit, tenait aussi à reconnaître les mérites de Joachim Gérard, qu'il avait battu en finale à Roland Garros, à l'automne dernier, dans un match où il était passé par le chat de l'aiguille, revenant de 3-1, 0-40 dans le dernier set pour s'imposer 6-4, 4-6, 6-3. "J'aurais pu gagner plus souvent mon service, vu le pourcentage de premières balles que j'ai passées (68%, contre 64% au Belge), mais il a très bien retourné. Il était très agressif", a ajouté le Britannique. "Jo est sur le circuit depuis tellement longtemps. Il était désespéré à l'idée de gagner enfin son premier titre en Grand Chelem. Et je peux comprendre ce que cela représente pour lui. Félicitations. Il mérite sa victoire. Il a réussi à conclure en servant très bien dans le dernier jeu. Je ne pouvais pas faire grand-chose. J'ai sauvé plusieurs balles de match, mais cela n'a pas suffi". (Belga)

"C'est dur à avaler", a confié Alfie Hewett après sa défaite. "J'ai tout fait pour me remettre dans ce match. Je ne trouvais pas le rythme et à un moment donné, je voulais à tout prix éviter de prendre 6-0, 6-0. Je pense qu'il a même eu des balles pour mener 5-0 (une, ndlr) Je voulais prendre au moins un jeu, car c'était embarrassant. Et puis, j'ai pensé à en prendre un deuxième, me disant 'on ne sait jamais'. Jo a commencé à se crisper quelque peu et cela a fini par devenir un match de tennis. Je crois que j'ai même eu des occasions de faire le break au milieu du troisième set. Et à l'arrivée, cela s'est joué sur deux ou trois points". Alfie Hewett, cela dit, tenait aussi à reconnaître les mérites de Joachim Gérard, qu'il avait battu en finale à Roland Garros, à l'automne dernier, dans un match où il était passé par le chat de l'aiguille, revenant de 3-1, 0-40 dans le dernier set pour s'imposer 6-4, 4-6, 6-3. "J'aurais pu gagner plus souvent mon service, vu le pourcentage de premières balles que j'ai passées (68%, contre 64% au Belge), mais il a très bien retourné. Il était très agressif", a ajouté le Britannique. "Jo est sur le circuit depuis tellement longtemps. Il était désespéré à l'idée de gagner enfin son premier titre en Grand Chelem. Et je peux comprendre ce que cela représente pour lui. Félicitations. Il mérite sa victoire. Il a réussi à conclure en servant très bien dans le dernier jeu. Je ne pouvais pas faire grand-chose. J'ai sauvé plusieurs balles de match, mais cela n'a pas suffi". (Belga)