Hier, contre Valenciennes, il a inscrit un but (son 12e de la saison, record personnel) et délivré deux assists (ses 8e et 9e). Tout cela sous le regard de Roberto Mancini, l'entraîneur de Manchester City. "Je savais qu'il était là", avoue Eden. "Mais cela n'a pas changé ma manière d'aborder le match".

Rudi Garcia, l'entraîneur lillois, avait un peu modifié son dispositif. Il a joué en 4-2-3-1, avec Tulio De Melo en pointe et Hazard juste derrière lui en "électron libre". Il était assez fier de son choix. "Lorsqu'il joue dans cette position centrale, Eden a un peu moins de charges défensives et reste plus frais pour des actions offensives. Il jouissait de beaucoup de liberté et on a vu ce que cela peut donner."

Une semaine plus tôt, à Lyon, c'est Sir Alex Ferguson qui était dans la tribune.

Daniel Devos, Sport/Foot Magazine

Hier, contre Valenciennes, il a inscrit un but (son 12e de la saison, record personnel) et délivré deux assists (ses 8e et 9e). Tout cela sous le regard de Roberto Mancini, l'entraîneur de Manchester City. "Je savais qu'il était là", avoue Eden. "Mais cela n'a pas changé ma manière d'aborder le match". Rudi Garcia, l'entraîneur lillois, avait un peu modifié son dispositif. Il a joué en 4-2-3-1, avec Tulio De Melo en pointe et Hazard juste derrière lui en "électron libre". Il était assez fier de son choix. "Lorsqu'il joue dans cette position centrale, Eden a un peu moins de charges défensives et reste plus frais pour des actions offensives. Il jouissait de beaucoup de liberté et on a vu ce que cela peut donner." Une semaine plus tôt, à Lyon, c'est Sir Alex Ferguson qui était dans la tribune. Daniel Devos, Sport/Foot Magazine