En 2015, 1.478 procès-verbaux ont été dressés pour des infractions à la loi football, soit 348 de plus que l'année précédente. Cette loi est d'application pour tous les matches des trois premières divisions nationales.

L'année dernière, 1.169 interdictions de stade ont été ordonnées, dont 1.119 assorties d'amendes. Quarante-trois personnes verbalisées ont également écopé d'une amende. Au total, 9.634 mois d'interdiction de stade ont été infligés et 495.425 euros récoltés à la suite d'infractions.

En 2014, 993 interdictions de stade et des amendes pour un total de 437.850 euros avaient été enregistrées. Le nombre d'incidents n'avait plus été aussi élevé qu'en 2015 depuis l'année 2007 (1.736 incidents répertoriés).

La Cellule football estime que cette hausse des incidents n'est cependant pas le reflet "d'un retour du hooliganisme", mais plutôt de l'application systématique d'une politique de tolérance zéro.

En 2015, 1.478 procès-verbaux ont été dressés pour des infractions à la loi football, soit 348 de plus que l'année précédente. Cette loi est d'application pour tous les matches des trois premières divisions nationales. L'année dernière, 1.169 interdictions de stade ont été ordonnées, dont 1.119 assorties d'amendes. Quarante-trois personnes verbalisées ont également écopé d'une amende. Au total, 9.634 mois d'interdiction de stade ont été infligés et 495.425 euros récoltés à la suite d'infractions. En 2014, 993 interdictions de stade et des amendes pour un total de 437.850 euros avaient été enregistrées. Le nombre d'incidents n'avait plus été aussi élevé qu'en 2015 depuis l'année 2007 (1.736 incidents répertoriés). La Cellule football estime que cette hausse des incidents n'est cependant pas le reflet "d'un retour du hooliganisme", mais plutôt de l'application systématique d'une politique de tolérance zéro.