En quatre jours, contre Mouscron et le Lierse, tu as marqué sept fois. Ronaldo, Messi, Kane et Mertens l'ont fait aussi. Mais en championnat de Belgique, ce n'était jamais arrivé. Qu'est-ce que tu en dis ?

Ça fait plaisir d'être mis dans le même panier que des champions pareils, mais bon, je ne me compare pas à eux... Simplement, je suis content d'entrer dans les statistiques. J'avais déjà un autre record : je dois être le seul joueur qui a été meilleur buteur en D3, en D2 et en D1 ici. Avec Visé, Louvain et Lokeren. Je suis satisfait de ce que je fais, satisfait qu'on me reconnaisse. Toute ma vie, je n'ai été que footballeur et je prends toujours autant de plaisir. Je l'ai retrouvé à Zulte Waregem, j'ai vraiment fait un bon choix en signant dans ce club. Trois personnes avaient un feeling, la conviction que je devais venir ici : mon agent, ma femme et moi. Ma femme ne s'y connaît pas trop en foot mais je crois à ces petites choses, à ces petits signes. Je voyais que Zulte Waregem jouait bien au foot mais qu'il manquait quelqu'un devant.

Francky Dury te compare à Gerd Müller. Il dit que tu as le même instinct de buteur et que tu sais tout faire. Tu connais Gerd Müller, au moins ?

Evidemment, je ne l'ai jamais vu jouer, mais je connais le nom, oui. Là, mon coach me compare à une légende ! Il me mène vraiment trop loin... (Il éclate de rire). Je connais mes qualités. Je sens souvent où le ballon va tomber. J'arrive à bien analyser les intentions de mes coéquipiers. Et à 33 ans, on a aussi un peu d'expérience.

Décidément, c'est beaucoup plus facile de marquer en PO2 qu'en phase classique ou en PO1. Ou je me trompe ? Tu ne penses pas qu'il faudrait deux classements des buteurs distincts ?

C'est sûr, on ne va pas se mentir, c'est plus compliqué en play-offs 1. En PO2, non seulement les équipes ne sont pas du même niveau, mais en plus de ça, on voit vite que certains clubs n'ont pas envie de les jouer à fond. Il y a des équipes motivées et d'autres qui ne le sont pas. On n'a pas tardé à voir clair dans notre groupe. Zulte Waregem et Courtrai veulent faire quelque chose, les autres beaucoup moins. Je sais que je ne marquerais pas autant si je jouais aujourd'hui les PO1. Mais bon, je rappelle le déroulement de la saison 2013-2014... J'étais à Lokeren, on a joué les PO1, j'ai fini meilleur buteur de la saison et on a gagné la Coupe de Belgique. Avec Lokeren, hein ! J'ai même raté l'un ou l'autre match parce que j'avais dit que je me sentais prêt pour aller plus haut et ça n'avait pas plu, ni au coach ni aux supporters. Ils m'ont reproché de me croire plus grand que Lokeren, mais non, je pensais simplement à ma carrière.

Anderlecht serait déjà assuré de la deuxième place, ou peut-être qu'il jouerait le titre, s'il t'avait conservé ?

Non. Parce que là-bas, même quand je jouais, j'étais mal utilisé. Si tu me mets à ma meilleure place et si tu me donnes du temps de jeu, je marquerai des buts. Et ma place, c'est celle de pur numéro 9. Dès que je suis arrivé à Waregem, on a joué un amical contre Dortmund, j'étais en pointe et j'ai déjà scoré après une vingtaine de minutes. Par contre, si tu me mets sur un côté, je ne serai pas productif parce que ce n'est pas fait pour moi. Et si tu me laisses sur le banc, là c'est complètement sûr que je ne serai pas productif... Francky Dury a vite compris qu'il ne devait pas me demander des trucs que je suis incapable de faire.

Tu voulais te remettre en évidence en vue de la Coupe du Monde. Si maintenant, le coach de la Tunisie ne te reprend pas, on ne comprend plus rien. Toi non plus ?

Bon, je ne peux pas te citer un joueur sur Terre qui n'a pas envie de jouer la Coupe du Monde. Mais ça va être très compliqué pour moi. Si le sélectionneur et - surtout - la fédé avaient l'intention de me reprendre, j'aurais été repris pour les derniers matches. Mais même pour les amicaux, je n'ai même pas reçu une petite invitation. Je l'aurais méritée. Qu'on le veuille ou non, je suis le meilleur buteur tunisien à l'étranger. Et il n'y a pas 15.000 Tunisiens qui jouent dans des championnats de bon niveau. On connaît Hamdi Harbaoui, ils font des choix, je dois les respecter. Je garde un petit espoir. Mais si je ne vais pas en Russie, ce n'est pas ça non plus qui va gâcher ma carrière.

Par Pierre Danvoye

En quatre jours, contre Mouscron et le Lierse, tu as marqué sept fois. Ronaldo, Messi, Kane et Mertens l'ont fait aussi. Mais en championnat de Belgique, ce n'était jamais arrivé. Qu'est-ce que tu en dis ? Ça fait plaisir d'être mis dans le même panier que des champions pareils, mais bon, je ne me compare pas à eux... Simplement, je suis content d'entrer dans les statistiques. J'avais déjà un autre record : je dois être le seul joueur qui a été meilleur buteur en D3, en D2 et en D1 ici. Avec Visé, Louvain et Lokeren. Je suis satisfait de ce que je fais, satisfait qu'on me reconnaisse. Toute ma vie, je n'ai été que footballeur et je prends toujours autant de plaisir. Je l'ai retrouvé à Zulte Waregem, j'ai vraiment fait un bon choix en signant dans ce club. Trois personnes avaient un feeling, la conviction que je devais venir ici : mon agent, ma femme et moi. Ma femme ne s'y connaît pas trop en foot mais je crois à ces petites choses, à ces petits signes. Je voyais que Zulte Waregem jouait bien au foot mais qu'il manquait quelqu'un devant. Francky Dury te compare à Gerd Müller. Il dit que tu as le même instinct de buteur et que tu sais tout faire. Tu connais Gerd Müller, au moins ? Evidemment, je ne l'ai jamais vu jouer, mais je connais le nom, oui. Là, mon coach me compare à une légende ! Il me mène vraiment trop loin... (Il éclate de rire). Je connais mes qualités. Je sens souvent où le ballon va tomber. J'arrive à bien analyser les intentions de mes coéquipiers. Et à 33 ans, on a aussi un peu d'expérience. Décidément, c'est beaucoup plus facile de marquer en PO2 qu'en phase classique ou en PO1. Ou je me trompe ? Tu ne penses pas qu'il faudrait deux classements des buteurs distincts ? C'est sûr, on ne va pas se mentir, c'est plus compliqué en play-offs 1. En PO2, non seulement les équipes ne sont pas du même niveau, mais en plus de ça, on voit vite que certains clubs n'ont pas envie de les jouer à fond. Il y a des équipes motivées et d'autres qui ne le sont pas. On n'a pas tardé à voir clair dans notre groupe. Zulte Waregem et Courtrai veulent faire quelque chose, les autres beaucoup moins. Je sais que je ne marquerais pas autant si je jouais aujourd'hui les PO1. Mais bon, je rappelle le déroulement de la saison 2013-2014... J'étais à Lokeren, on a joué les PO1, j'ai fini meilleur buteur de la saison et on a gagné la Coupe de Belgique. Avec Lokeren, hein ! J'ai même raté l'un ou l'autre match parce que j'avais dit que je me sentais prêt pour aller plus haut et ça n'avait pas plu, ni au coach ni aux supporters. Ils m'ont reproché de me croire plus grand que Lokeren, mais non, je pensais simplement à ma carrière. Anderlecht serait déjà assuré de la deuxième place, ou peut-être qu'il jouerait le titre, s'il t'avait conservé ? Non. Parce que là-bas, même quand je jouais, j'étais mal utilisé. Si tu me mets à ma meilleure place et si tu me donnes du temps de jeu, je marquerai des buts. Et ma place, c'est celle de pur numéro 9. Dès que je suis arrivé à Waregem, on a joué un amical contre Dortmund, j'étais en pointe et j'ai déjà scoré après une vingtaine de minutes. Par contre, si tu me mets sur un côté, je ne serai pas productif parce que ce n'est pas fait pour moi. Et si tu me laisses sur le banc, là c'est complètement sûr que je ne serai pas productif... Francky Dury a vite compris qu'il ne devait pas me demander des trucs que je suis incapable de faire. Tu voulais te remettre en évidence en vue de la Coupe du Monde. Si maintenant, le coach de la Tunisie ne te reprend pas, on ne comprend plus rien. Toi non plus ? Bon, je ne peux pas te citer un joueur sur Terre qui n'a pas envie de jouer la Coupe du Monde. Mais ça va être très compliqué pour moi. Si le sélectionneur et - surtout - la fédé avaient l'intention de me reprendre, j'aurais été repris pour les derniers matches. Mais même pour les amicaux, je n'ai même pas reçu une petite invitation. Je l'aurais méritée. Qu'on le veuille ou non, je suis le meilleur buteur tunisien à l'étranger. Et il n'y a pas 15.000 Tunisiens qui jouent dans des championnats de bon niveau. On connaît Hamdi Harbaoui, ils font des choix, je dois les respecter. Je garde un petit espoir. Mais si je ne vais pas en Russie, ce n'est pas ça non plus qui va gâcher ma carrière.Par Pierre Danvoye