En attirant le jeune Hannes Wolf, les champions de Belgique espèrent avoir trouvé la perle rare. L'entraîneur n'était d'ailleurs pas surpris de l'intérêt de Genk. "Je pense que la philosophie du club correspond à ma personnalité et ce que j'ai fait par le passé. Je me sens très bien et la première impression est excellente. Il y a aussi un staff très professionnel", a déclaré Wolf. "Quand nous avons discuté pour la première fois, j'ai senti que c'était une belle occasion pour moi d'être quelque part où on pouvait travailler ensemble et grandir. Même si vous savez que dans le football professionnel, il faut toujours décrocher des résultats."

Le nouvel entraîneur n'aura pas beaucoup le temps de bien connaître le club avec un premier match dès samedi soir à Mouscron. "Ce n'est pas un problème mais bien un défi pour moi. Je connais la situation avec des semaines 'à l'anglaise' avec trois matchs en sept jours. Nous ne pourrons pas nous entraîner de manière trop intensive et devrons nous concentrer sur les bases, comme jouer en bloc. Nous avons besoin de tirer le meilleur de l'équipe et des joueurs", a ajouté Wolf. "J'ai regardé beaucoup de matchs de Genk car le club est déjà bien connu en Allemagne. Les experts connaissent bien le football belge."

Wolf a travaillé au Borussia Dortmund avec Jürgen Klopp, l'actuel entraîneur de Liverpool. "Nous avons toujours des contacts, mais ce n'est pas comme si on s'entendait chaque semaine. Je ne lui ai pas demandé conseil sur Genk. Tout le monde se concentre toujours sur de tels noms, mais j'ai beaucoup appris dans tout le club", explique Wolf, qui ne se considère pas comme un "entraîneur d'ordinateur portable". "Je peux allumer un ordinateur portable et regarder un match, mais je ne suis pas fan de ce mot. Être entraîneur, c'est bien plus que ça."

L'Allemand veut jouer une football offensif avec le champion national. "J'aime jouer au football actif et offensif, mais pas comme des fous. Nous voulons créer des opportunités et avoir le ballon, mais ce n'est pas dogmatique", explique Wolf. "Parfois, il faut être capable de défendre et de souffrir, mais nous voulons jouer de façon dominante. Nous ne partons pas de zéro non plus, parce que nous avons beaucoup de bons joueurs."

Le Racing Genk a encore deux matchs à disputer en Ligue des Champions. "Ça n'a pas influencé mon choix, mais c'est attirant. Tout le monde rêve de jouer ces rencontres", explique Wolf, qui est satisfait du mélange de jeunes joueurs et de joueurs expérimentés dans son noyau. "J'aime travailler avec de jeunes joueurs. Nous sommes plus jeunes que les autres, mais j'aime aussi travailler avec des joueurs plus expérimentés."