"Je suis dans une situation confortable vu que je ne dois pas courir après le minium", déclare Hanne Claes à Belek, où elle participe au stage du Team Belgium. "Être déjà qualifiée est un soulagement mais je dois naturellement arriver en forme aux Jeux, où j'espère passer sous les 55 secondes et améliorer mon record". Cette année, Hanne Claes a été éliminée en demi-finales des Mondiaux de Doha avec un temps de 55.25, à 5/100es de son record personnel. Le record de Belgique (54.95) est détenu depuis les JO 1996 d'Atlanta par Ann Mercken. "J'ai l'ambition de l'améliorer mais beaucoup de filles avant moi s'y sont attaquées sans parvenir à le battre", dit Hanne Claes. "Ce n'est pas un record facile à battre. Je dois devenir plus forte et apprendre à garder mon rythme un peu plus longtemps. Si c'est le cas, je peux courir dans les 54. Espérons que cela soit à Tokyo". Hanne Claes, 28 ans, a l'impression de vivre une seconde carrière. "J'ai perdu près de quatre ans à cause d'une blessure au talon d'Achille", raconte-t-elle. "C'était une période durant laquelle j'avais toujours mal et je ne pouvais pas m'entraîner. J'ai manqué les Jeux de Rio à cause d'une opération. J'ai alors songé à arrêter l'athlétisme mais j'ai finalement décidé de changer complètement de cap et de commencer avec un nouveau coach. Vu que j'ai manqué tellement de choses, j'ai l'impression que je peux encore faire beaucoup. Je ne suis qu'au début de ma seconde carrière. Si mon corps tient, j'aimerais continuer encore quelques années. A cause de mes blessures, j'apprécie beaucoup plus ce que la vie m'apporte, j'en profite plus". Outre ses prestations individuelles sur 400 m haies, Hanne Claes se concentre sur les Belgian Cheetahs, l'équipe belge du 4x400 m féminin. Ce projet n'existe que depuis un an et demi mais les relayeuses belges ont déjà décroché une belle 5e place aux Mondiaux de Doha et une 4e place à l'Euro de Berlin en 2018. "Courir avec les Cheetahs à Doha a donné une autre dimension aux Mondiaux", selon Hanne Claes. "Pouvoir partager cette expérience avec des amies était précieux. J'ai l'impression que cette équipe peut encore aller plus loin". (Belga)

"Je suis dans une situation confortable vu que je ne dois pas courir après le minium", déclare Hanne Claes à Belek, où elle participe au stage du Team Belgium. "Être déjà qualifiée est un soulagement mais je dois naturellement arriver en forme aux Jeux, où j'espère passer sous les 55 secondes et améliorer mon record". Cette année, Hanne Claes a été éliminée en demi-finales des Mondiaux de Doha avec un temps de 55.25, à 5/100es de son record personnel. Le record de Belgique (54.95) est détenu depuis les JO 1996 d'Atlanta par Ann Mercken. "J'ai l'ambition de l'améliorer mais beaucoup de filles avant moi s'y sont attaquées sans parvenir à le battre", dit Hanne Claes. "Ce n'est pas un record facile à battre. Je dois devenir plus forte et apprendre à garder mon rythme un peu plus longtemps. Si c'est le cas, je peux courir dans les 54. Espérons que cela soit à Tokyo". Hanne Claes, 28 ans, a l'impression de vivre une seconde carrière. "J'ai perdu près de quatre ans à cause d'une blessure au talon d'Achille", raconte-t-elle. "C'était une période durant laquelle j'avais toujours mal et je ne pouvais pas m'entraîner. J'ai manqué les Jeux de Rio à cause d'une opération. J'ai alors songé à arrêter l'athlétisme mais j'ai finalement décidé de changer complètement de cap et de commencer avec un nouveau coach. Vu que j'ai manqué tellement de choses, j'ai l'impression que je peux encore faire beaucoup. Je ne suis qu'au début de ma seconde carrière. Si mon corps tient, j'aimerais continuer encore quelques années. A cause de mes blessures, j'apprécie beaucoup plus ce que la vie m'apporte, j'en profite plus". Outre ses prestations individuelles sur 400 m haies, Hanne Claes se concentre sur les Belgian Cheetahs, l'équipe belge du 4x400 m féminin. Ce projet n'existe que depuis un an et demi mais les relayeuses belges ont déjà décroché une belle 5e place aux Mondiaux de Doha et une 4e place à l'Euro de Berlin en 2018. "Courir avec les Cheetahs à Doha a donné une autre dimension aux Mondiaux", selon Hanne Claes. "Pouvoir partager cette expérience avec des amies était précieux. J'ai l'impression que cette équipe peut encore aller plus loin". (Belga)