La faute au réveil de sa blessure au tendon d'Achille, qui a nécessité une opération en juillet 2020, lors de son stage hivernal à Stellenbosch en Afrique du Sud. Tout semblait alors aller pour le mieux. Et la voilà contrainte au repos pendant un mois et demi. Privée de saison indoor et des relais mondiaux, la protégée de Jacques Borlée a pu ensuite préparer ses premiers Jeux Olympiques : le relais 4X400 m avec les Cheetahs mais aussi le 400m haies individuel. "J'ai déjà prouvé dans le passé que je sais rebondir après une blessure". "Je m'entraîne beaucoup sur les haies et le 400. J'aime beaucoup les deux. Les Cheethas me motivent à m'améliorer à l'entraînement parce qu'il y a pas mal de concurrence maintenant et tout le monde veut être dans l'équipe, cela me motive. Sur le 400 haies je dois avoir la vitesse et la puissance lactique du 400. Ce n'est donc pas l'une ou l'autre mais les deux ensemble, ce que je fais depuis 2018 et cela fonctionne très bien je trouve. Hanne Claes espère à Tokyo "disputer une finale, soit avec les Cheetahs, soit en individuel, soit avec les deux dans le meilleur des cas. Aux championnats du monde, j'ai déjà fait 12e, et avec les Cheetahs on a déjà montré qu'on peut viser ce top 8. Je suis sûre qu'il faudra battre mes records pour y arriver." (Belga)

La faute au réveil de sa blessure au tendon d'Achille, qui a nécessité une opération en juillet 2020, lors de son stage hivernal à Stellenbosch en Afrique du Sud. Tout semblait alors aller pour le mieux. Et la voilà contrainte au repos pendant un mois et demi. Privée de saison indoor et des relais mondiaux, la protégée de Jacques Borlée a pu ensuite préparer ses premiers Jeux Olympiques : le relais 4X400 m avec les Cheetahs mais aussi le 400m haies individuel. "J'ai déjà prouvé dans le passé que je sais rebondir après une blessure". "Je m'entraîne beaucoup sur les haies et le 400. J'aime beaucoup les deux. Les Cheethas me motivent à m'améliorer à l'entraînement parce qu'il y a pas mal de concurrence maintenant et tout le monde veut être dans l'équipe, cela me motive. Sur le 400 haies je dois avoir la vitesse et la puissance lactique du 400. Ce n'est donc pas l'une ou l'autre mais les deux ensemble, ce que je fais depuis 2018 et cela fonctionne très bien je trouve. Hanne Claes espère à Tokyo "disputer une finale, soit avec les Cheetahs, soit en individuel, soit avec les deux dans le meilleur des cas. Aux championnats du monde, j'ai déjà fait 12e, et avec les Cheetahs on a déjà montré qu'on peut viser ce top 8. Je suis sûre qu'il faudra battre mes records pour y arriver." (Belga)