"Choisir une équipe capable de me faire évoluer était mon unique but", a-t-il répété à l'envi dans les travées de la Luminus Arena. "J'ai rejoint cette équipe car je suis persuadé que je peux grandir techniquement, physiquement et tactiquement ici." Le Roumain, qui a aligné 14 buts et 8 assists en 39 rencontres la saison dernière, n'a pas manqué de citer les exemples phares de joueurs passés par le Racing avant d'exploser en Europe comme Kevin De Bruyne, Thibaut Courtois ou encore Kalidou Koulibaly.

Arrivé il y a peu dans le Limbourg après avoir disputé l'Euro espoirs avec la sélection roumaine, le milieu de terrain a déjà pu s'acclimater à son nouveau cadre de travail et de vie. "L'environnement est top ici. Je trouve que tout le monde est très positif. Le niveau de l'équipe est vraiment élevé, comparable à celui que l'on retrouve sur la scène internationale", a ajouté Hagi.

L'attrait de la Ligue des champions et sa relation amicale avec Razvan Marin, passé du Standard à l'Ajax cet été et avec qui il a passé du temps à l'académie du FC Viitorul, ont également pesé dans la balance. "Tout le monde veut jouer la Ligue des champions car c'est la compétition la plus relevée. J'ai vraiment hâte d'y être. Razvan Marin est un bon ami et il m'a dit de bonnes choses sur le championnat et le club."

Hagi n'a pas connu une trêve estivale aussi longue que la plupart de ses équipiers genkois. En effet, le Roumain, qui compte déjà 5 sélections en équipe nationale, a disputé 4 matches de l'Euro U21 jusque fin juin. "Je suis peut-être physiquement en-dessous de l'équipe à cause de l'Euro", a-t-il avoué.

Incessamment comparé à son illustre papa Gheorghe Hagi, meilleur joueur roumain de l'histoire, Ianis Hagi a dit se nourrir de cette pression. "Je suis habitué à ça. Je suis né et j'ai grandi avec. Elle m'habite tous les jours et j'aime ça", a-t-il ponctué dans un très bon anglais.

"Choisir une équipe capable de me faire évoluer était mon unique but", a-t-il répété à l'envi dans les travées de la Luminus Arena. "J'ai rejoint cette équipe car je suis persuadé que je peux grandir techniquement, physiquement et tactiquement ici." Le Roumain, qui a aligné 14 buts et 8 assists en 39 rencontres la saison dernière, n'a pas manqué de citer les exemples phares de joueurs passés par le Racing avant d'exploser en Europe comme Kevin De Bruyne, Thibaut Courtois ou encore Kalidou Koulibaly. Arrivé il y a peu dans le Limbourg après avoir disputé l'Euro espoirs avec la sélection roumaine, le milieu de terrain a déjà pu s'acclimater à son nouveau cadre de travail et de vie. "L'environnement est top ici. Je trouve que tout le monde est très positif. Le niveau de l'équipe est vraiment élevé, comparable à celui que l'on retrouve sur la scène internationale", a ajouté Hagi. L'attrait de la Ligue des champions et sa relation amicale avec Razvan Marin, passé du Standard à l'Ajax cet été et avec qui il a passé du temps à l'académie du FC Viitorul, ont également pesé dans la balance. "Tout le monde veut jouer la Ligue des champions car c'est la compétition la plus relevée. J'ai vraiment hâte d'y être. Razvan Marin est un bon ami et il m'a dit de bonnes choses sur le championnat et le club." Hagi n'a pas connu une trêve estivale aussi longue que la plupart de ses équipiers genkois. En effet, le Roumain, qui compte déjà 5 sélections en équipe nationale, a disputé 4 matches de l'Euro U21 jusque fin juin. "Je suis peut-être physiquement en-dessous de l'équipe à cause de l'Euro", a-t-il avoué. Incessamment comparé à son illustre papa Gheorghe Hagi, meilleur joueur roumain de l'histoire, Ianis Hagi a dit se nourrir de cette pression. "Je suis habitué à ça. Je suis né et j'ai grandi avec. Elle m'habite tous les jours et j'aime ça", a-t-il ponctué dans un très bon anglais.