"J'étais sûr de moi, tout se passait comme prévu", a raconté Wang. "J'ai essayé de garder un bon rythme et j'ai réussi." Wang a été le 23e à s'élancer, sur 79 engagés. "C'était bon de partir tôt selon moi. Je n'avais pas trop de temps de référence sur lequel me baser. Puis je me suis retrouvé longtemps sur le 'hot seat'. Là j'étais un peu nerveux. Pendant un moment j'avais à mes côtés mon équipier Carl-Frederik Bevort (finalement 4e, dépassé par Alec Segaert, ndlr). C'était magnifique. C'est dommage qu'il a perdu sa troisième place à la fin, mais il était là quand j'ai gagné, c'était chouette." Lundi, un autre Danois, Johan Price-Pejtersen, avait gagné le titre chez les espoirs confirmant la bonne santé du cyclisme danois, en particulier dans le contre-la-montre. "Il n'y a pas vraiment d'école danoise du contre-la-montre, juste de bons coureurs. Et nous pouvons apprendre les uns des autres. La victoire de Johan m'a motivé, c'est sûr", a conclu le nouveau champion du monde juniors. (Belga)

"J'étais sûr de moi, tout se passait comme prévu", a raconté Wang. "J'ai essayé de garder un bon rythme et j'ai réussi." Wang a été le 23e à s'élancer, sur 79 engagés. "C'était bon de partir tôt selon moi. Je n'avais pas trop de temps de référence sur lequel me baser. Puis je me suis retrouvé longtemps sur le 'hot seat'. Là j'étais un peu nerveux. Pendant un moment j'avais à mes côtés mon équipier Carl-Frederik Bevort (finalement 4e, dépassé par Alec Segaert, ndlr). C'était magnifique. C'est dommage qu'il a perdu sa troisième place à la fin, mais il était là quand j'ai gagné, c'était chouette." Lundi, un autre Danois, Johan Price-Pejtersen, avait gagné le titre chez les espoirs confirmant la bonne santé du cyclisme danois, en particulier dans le contre-la-montre. "Il n'y a pas vraiment d'école danoise du contre-la-montre, juste de bons coureurs. Et nous pouvons apprendre les uns des autres. La victoire de Johan m'a motivé, c'est sûr", a conclu le nouveau champion du monde juniors. (Belga)