"Le grimpeur français a, après le contre-la-montre, passé des examens médicaux qui ont révélé une fracture de la 9e côte droite suite à sa chute sur l'étape de Roubaix", a expliqué la formation belge. "Je ne cherche pas d'excuse, mais ce trait de fracture à la côte ne m'a certainement pas aidé", a commenté Martin, 25 ans. "Ce ne fut cependant pas l'unique raison de mes sensations moyennes pendant ce Tour. Il faudra tirer le bilan à froid, mais j'ai sans doute entamé ce Tour un peu trop fatigué, alors que je pensais avoir fait en sorte d'avoir de la fraicheur. Ma première semaine ne s'est pas déroulée comme voulu, puisque j'ai été pris dans une cassure et j'ai connu une chute qui m'ont fait perdre pas mal de temps. "Cette année va m'apporter de l'expérience", a ajouté Martin. "Je n'ai que 25 ans, c'est mon deuxième grand tour et il y a deux jours, j'étais encore en lice pour le top 15. Je manque l'objectif, mais pas de beaucoup ce qui prouve qu'il n'était pas inaccessible." (Belga)

"Le grimpeur français a, après le contre-la-montre, passé des examens médicaux qui ont révélé une fracture de la 9e côte droite suite à sa chute sur l'étape de Roubaix", a expliqué la formation belge. "Je ne cherche pas d'excuse, mais ce trait de fracture à la côte ne m'a certainement pas aidé", a commenté Martin, 25 ans. "Ce ne fut cependant pas l'unique raison de mes sensations moyennes pendant ce Tour. Il faudra tirer le bilan à froid, mais j'ai sans doute entamé ce Tour un peu trop fatigué, alors que je pensais avoir fait en sorte d'avoir de la fraicheur. Ma première semaine ne s'est pas déroulée comme voulu, puisque j'ai été pris dans une cassure et j'ai connu une chute qui m'ont fait perdre pas mal de temps. "Cette année va m'apporter de l'expérience", a ajouté Martin. "Je n'ai que 25 ans, c'est mon deuxième grand tour et il y a deux jours, j'étais encore en lice pour le top 15. Je manque l'objectif, mais pas de beaucoup ce qui prouve qu'il n'était pas inaccessible." (Belga)