Un froid de canard, mais un soleil de plomb. Un entraînement des U21 en conditions réelles, mais un Samba Diawara en retrait. Ce mercredi 3 mars et pour la troisième fois cette saison, c'est Guillaume Gillet (37 ans depuis ce mardi 9 mars) qui prend les commandes, laissant celui qu'il qualifie spontanément comme son mentor en retrait. En quelques semaines, Modou Diagne et John Flanagan (tous deux interdits de s'entraîner avec l'équipe A en attente d'une solution favorisant leur départ du club) sont ainsi passés du statut de coéquipiers à joueurs de Guillaume Gillet. Le temps d'une séance, puis d'une autre.
...

Un froid de canard, mais un soleil de plomb. Un entraînement des U21 en conditions réelles, mais un Samba Diawara en retrait. Ce mercredi 3 mars et pour la troisième fois cette saison, c'est Guillaume Gillet (37 ans depuis ce mardi 9 mars) qui prend les commandes, laissant celui qu'il qualifie spontanément comme son mentor en retrait. En quelques semaines, Modou Diagne et John Flanagan (tous deux interdits de s'entraîner avec l'équipe A en attente d'une solution favorisant leur départ du club) sont ainsi passés du statut de coéquipiers à joueurs de Guillaume Gillet. Le temps d'une séance, puis d'une autre. Parce que Guillaume Gillet y a pris goût. En juin, quand il aura sifflé les quatre séances qu'il lui reste à donner aux U21 carolos, l'ancien Diable sera prié de passer par la case examen. Avec pour objectif final, l'obtention de ce précieux diplôme UEFA A. Le même qui permet aujourd'hui à un Mbaye Leye ou un Vincent Kompany d'exercer en Pro League. Suffisant pour se projeter dans un avenir en chemise blanche et pantalon en lin dès l'été? "Je vous rassure, vous verrez encore Guillaume Gillet taper dans un ballon l'an prochain", répond à la troisième personne le principal intéressé. Un flagrant délit d'ego trip justifié par les éloges récurrents à celui qu'on présente comme l'élève le plus assidu de sa promo. Celui aussi dans lequel le chef Roberto Martínez verrait l'avenir le plus prometteur. "On m'a déjà fait part de ses compliments par ligne indirecte", sourit l'ancien Mauve. "Ce que je peux vous dire, c'est que Martínez est présent à chaque visio-conférence. Il participe, donne son avis. Il agit un peu comme un expert." Un regard et un retour critique qui donne des ailes à ces anciens ou actuels Diables rouges à qui la crise sanitaire a offert la possibilité de passer ce processus formateur accéléré en seulement quelques mois. Simon Mignolet, Axel Witsel, Christian Kabasele, Nicolas Lombaerts, Dennis Praet, Youri Tielemans, Steven Defour ou Romelu Lukaku, soit autant de camarades de promo de Guillaume Gillet. Et du côté de l'Union belge, on murmure que de tous les joueurs bénéficiant de cet accès facilité à la profession, Guillaume Gillet serait le plus avancé, on sait aussi le gouffre qui sépare parfois les bancs de l'école de la réalité du terrain. "Rien qu'à ce stade-ci, je peux déjà vous dire que je comprends beaucoup de choses que je ne soupçonnais même pas il y a quelques mois", valide Gillet. "Tous les tracas liés à la profession, la préparation des joueurs, les blessés, le timing... Ce n'est vraiment pas facile de jongler avec tout ça." Des préoccupations de premier de classe qui n'ont pas empêché de pousser cet avaleur de kilomètres à infliger une séance de plus de deux heures à ses Zébrions. "Je pensais ne pas avoir débordé, c'est Samba qui m'a fait remarquer qu'il allait être temps d'aller à la douche", se marre le T1 d'un jour. Le métier qui rentre, sans doute. Et la confirmation qu'on peut très vite passer de victime à bourreau. "Mais je me suis fait une promesse, c'est que mes entraînements seront le plus possible avec ballon!" À l'image de ce qui l'attend l'année prochaine. S'il est maintenant de notoriété publique que les remaniements annoncés à la tête de l'école des jeunes et l'arrivée de Christophe Dessy comme soutien à Alain Decuyper ne devraient pas rester sans suite, le nom de Gillet, que certains voyaient déjà reprendre le rôle de Diawara à la tête des U21, ne devrait pas tout de suite figurer dans l'organigramme carolo. "Je ne me vois pas arrêter. Si ce n'est pas à Charleroi ( où il sera en fin de contrat au 30 juin, ndlr), ce sera ailleurs, mais je veux encore jouer une saison après celle-ci." Le talent n'attend pas le nombre des années, mais celui du Guillaume Gillet entraîneur devrait donc encore rester en stand-by. Le temps de mûrir son écolage aux cotés de Karim Belhocine. Ou de son successeur.