Griet Hoet avait décroché le bronze sur le kilomètre sur piste avec son guide Anneleen Monsieur lors des Jeux de Tokyo. Elle succède au sein de la Commission des athlètes du COIB à Joachim Gérard. Le joueur de tennis en chaise roulante était jusqu'ici le porte-parole des paralympiens au sein de l'instance olympique belge. La Commission des athlètes du COIB est présidée par l'ancienne basketteuse, Ann Wauters. "Le COIB a ouvert la porte à l'inclusion d'un paralympien au sein de sa commission des athlètes", a confié Griet Hoet dans le communiqué du BPC. "Je me vois comme la personne qui peut faire le pont entre les Mouvements Olympiques et Paralympiques et essayer de les rapprocher. Je suis convaincue que nous pouvons apprendre beaucoup l'un de l'autre, et cela va dans les deux sens, et qu'il est nécessaire de mieux se connaitre. C'est déjà un beau pas en avant vers une politique sportive de plus en plus inclusive. C'est aussi un choix réfléchi que de franchir cette étape à la fin de ma carrière. J'ai l'impression qu'avant, il ne m'aurait pas été possible de prendre un engagement aussi important. Je n'en aurais pas eu le temps. Maintenant, je vais prendre le temps de rattraper mon retard et ensuite commencer à agir concrètement. En tant qu'ancienne athlète, j'espère pouvoir aborder les différentes problématiques auxquelles je serai confrontée avec ouverture d'esprit". (Belga)

Griet Hoet avait décroché le bronze sur le kilomètre sur piste avec son guide Anneleen Monsieur lors des Jeux de Tokyo. Elle succède au sein de la Commission des athlètes du COIB à Joachim Gérard. Le joueur de tennis en chaise roulante était jusqu'ici le porte-parole des paralympiens au sein de l'instance olympique belge. La Commission des athlètes du COIB est présidée par l'ancienne basketteuse, Ann Wauters. "Le COIB a ouvert la porte à l'inclusion d'un paralympien au sein de sa commission des athlètes", a confié Griet Hoet dans le communiqué du BPC. "Je me vois comme la personne qui peut faire le pont entre les Mouvements Olympiques et Paralympiques et essayer de les rapprocher. Je suis convaincue que nous pouvons apprendre beaucoup l'un de l'autre, et cela va dans les deux sens, et qu'il est nécessaire de mieux se connaitre. C'est déjà un beau pas en avant vers une politique sportive de plus en plus inclusive. C'est aussi un choix réfléchi que de franchir cette étape à la fin de ma carrière. J'ai l'impression qu'avant, il ne m'aurait pas été possible de prendre un engagement aussi important. Je n'en aurais pas eu le temps. Maintenant, je vais prendre le temps de rattraper mon retard et ensuite commencer à agir concrètement. En tant qu'ancienne athlète, j'espère pouvoir aborder les différentes problématiques auxquelles je serai confrontée avec ouverture d'esprit". (Belga)