"Ce fut un très bon match", a-t-il déclaré, le sourire aux lèvres. "J'ai toujours voulu disputer ce genre de matches contre de grands joueurs comme Goffin. Je suis très heureux de cette victoire et je pense qu'elle va me donner beaucoup de confiance pour la suite." Ce match contre David Goffin n'était que le quatrième de Carlos Alcaraz dans un tableau final d'un tournoi ATP. Jusque-là, le droitier de Murcie, entraîné par un certain Juan Carlos Ferrero, s'était surtout distingué dans les tournois Challenger, triomphant à Barcelone et atteignant la finale à Alicante, l'automne dernier. Et le comble, c'est qu'il a été l'un des 72 joueurs et joueuses à avoir dû endurer une quarantaine stricte à Melbourne, avec interdiction de sortie pendant deux semaines en tant que cas contact Covid-19 ! "Durant la quarantaine, j'ai surtout essayé de me maintenir en bonne forme physique et je pense que le programme qui m'a été concocté dès ma sortie a porté ses fruits", a-t-il poursuivi en espagnol. "Je ne suis pas tellement surpris d'être bien en jambes. J'avais déjà bien joué à Doha pour me qualifier pour l'Open d'Australie. Je suis monté sur le court en pensant que je pouvais gagner, car c'est fondamental. Goffin est un grand joueur, mais dès les premiers échanges, j'ai remarqué que je touchais bien la balle du fond du court. Et je me suis dit que si je pouvais maintenir ce niveau, j'aurais une chance. Avec Juan Carlos, nous cherchons surtout à exploiter mes points forts, à essayer d'être agressif pour dicter le jeu et ne pas subir. Et je pense que cela a été une des clés de ma victoire." (Belga)

"Ce fut un très bon match", a-t-il déclaré, le sourire aux lèvres. "J'ai toujours voulu disputer ce genre de matches contre de grands joueurs comme Goffin. Je suis très heureux de cette victoire et je pense qu'elle va me donner beaucoup de confiance pour la suite." Ce match contre David Goffin n'était que le quatrième de Carlos Alcaraz dans un tableau final d'un tournoi ATP. Jusque-là, le droitier de Murcie, entraîné par un certain Juan Carlos Ferrero, s'était surtout distingué dans les tournois Challenger, triomphant à Barcelone et atteignant la finale à Alicante, l'automne dernier. Et le comble, c'est qu'il a été l'un des 72 joueurs et joueuses à avoir dû endurer une quarantaine stricte à Melbourne, avec interdiction de sortie pendant deux semaines en tant que cas contact Covid-19 ! "Durant la quarantaine, j'ai surtout essayé de me maintenir en bonne forme physique et je pense que le programme qui m'a été concocté dès ma sortie a porté ses fruits", a-t-il poursuivi en espagnol. "Je ne suis pas tellement surpris d'être bien en jambes. J'avais déjà bien joué à Doha pour me qualifier pour l'Open d'Australie. Je suis monté sur le court en pensant que je pouvais gagner, car c'est fondamental. Goffin est un grand joueur, mais dès les premiers échanges, j'ai remarqué que je touchais bien la balle du fond du court. Et je me suis dit que si je pouvais maintenir ce niveau, j'aurais une chance. Avec Juan Carlos, nous cherchons surtout à exploiter mes points forts, à essayer d'être agressif pour dicter le jeu et ne pas subir. Et je pense que cela a été une des clés de ma victoire." (Belga)