Deux autres Belges, Tim Wellens (Lotto Soudal/5e) et Sep Vanmarcke (Cannondale-Drapac/8e), se sont glissés dans le top-10. Les coéquipiers du champion du monde ont parfaitement contrôlé les derniers kilomètres en empêchant toute attaque jusque sous la flamme rouge où le Colombien Rigoberto Uran (Cannondale-Drapac), vainqueur de l'épreuve en 2015, a vainement tenté sa chance. Le Tchèque Petr Vakoc (Quick-Step Floors) qui allait finalement se classer 7e a alors essayé de surprendre tout le monde en lançant le sprint de loin, mais Peter Sagan était vigilant, et... très fort. La revanche dimanche au GP de Montréal, lors de la deuxième course de ce week-end canadien. Le tenant du tire est cette fois Van Avermaet et le dauphin de l'an dernier... Sagan. (Belga)

Deux autres Belges, Tim Wellens (Lotto Soudal/5e) et Sep Vanmarcke (Cannondale-Drapac/8e), se sont glissés dans le top-10. Les coéquipiers du champion du monde ont parfaitement contrôlé les derniers kilomètres en empêchant toute attaque jusque sous la flamme rouge où le Colombien Rigoberto Uran (Cannondale-Drapac), vainqueur de l'épreuve en 2015, a vainement tenté sa chance. Le Tchèque Petr Vakoc (Quick-Step Floors) qui allait finalement se classer 7e a alors essayé de surprendre tout le monde en lançant le sprint de loin, mais Peter Sagan était vigilant, et... très fort. La revanche dimanche au GP de Montréal, lors de la deuxième course de ce week-end canadien. Le tenant du tire est cette fois Van Avermaet et le dauphin de l'an dernier... Sagan. (Belga)